Texte : La véritable paix - Hehaka Sapa, indien sioux

La deuxième paix est celle qui se crée entre deux individus. 
La troisième paix est celle qui soude deux nations. 
Mais au-dessus de tout cela, il faut bien comprendre que la paix ne sera jamais possible entre les nations tant qu'on ne sera pas convaincu que la première paix, la véritable, comme je l'ai souvent dit, se trouve au cœur même de l'âme humaine. 

Texte : Ma blanche colombe - Monique

Toi qui sous le sombre ciel toujours voyages,
Ah colombe, colombe ! Tu nous fais oublier les tourments et la dureté,
Et par ta réconfortante présence tu nous invites à l'innocence,
Et par ton éclatante blancheur tu nous mènes vers le bonheur
Que favorise la paix depuis le début des temps quand nous rêvons de printemps.

Mais nos espoirs semblent naïveté lorsque le vautour et l'épervier
Planent et te guettent dans l'attente de te prendre en traître
Et creuser ta tombe.
Ma blanche colombe qui a pour cousin le pigeon
Aussi convoité par le faucon que toi, ma colombe
Qui voudrait faire désamorcer toutes les bombes
Et faire arrêter tous les bombardiers des quatre coins de la terre
Et les savoir se taire.

Mais tu n'es pas le corbeau :
Ce triste messager comme la pie et le perroquet
Qui font tant de ravages par leur vilain ramage
Sans oublier les taupes qui t'ont crue une oie blanche,
Ce qui te rend parfois pie grièche.

Pourtant ! blanche colombe,
Avant que notre planète ne devienne tombe,
Tu aimerais que l'on redevienne des enfants
Pour que chante le printemps chez les bons comme chez les méchants
Quie sont ces apprentis sorciers, comme le faucon et l'épervier
Ou même le vautour avec dans son sac : des tours
Pour envoyer le monde prématurément vers la tombe
Au lieu de faire une ronde autour de la terre.

Ma blanche colombe, tu tentes de faire cesser
Les injustices et l'infamie depuis des millénaires !
Mais pourtant jamais tu ne désarmes
Devant tant d'hécatombes, de cris et de larmes
Et tu sais te détourner des rapaces !
Ne te laisse pas piéger tel un pauvre pigeon
Face au gerfaut et au faucon, ni devant l'autour des palombes,
Ma blanche colombe, car tu fais les adultes rêver
Depuis tant de millénaires !!!

Texte : Le village mondial - d'après Raphael Parejo-Coudert


Si on pouvait réduire la population du monde en un village de 100 personnes,
tout en maintenant les proportions de tous les peuples existants sur la terre,
ce village serait ainsi composé :
59 asiatiques,
14 américains (Nord, Centre et Sud),
14 africains
12 européens,
1 océanien

Il y aurait :
52 femmes et 48 hommes,
30 blancs et 70 non blancs,
30 chrétiens et 70 non chrétiens,
89 hétérosexuels et 11 homosexuels.

6 personnes posséderaient 59% de la richesse totale
80 vivraient dans des maisons insalubres
70 seraient analphabètes
50 souffriraient de malnutrition
1 serait en train de mourir
1 serait en train de naître
1 posséderait un ordinateur
1 (oui, un seulement) aurait un diplôme universitaire

Si on considère le monde de cette manière,
le besoin d'accepter et de comprendre devient évident.
Prenez en considération aussi ceci :

Si vous vous êtes levé ce matin avec plus de santé que de maladie, vous êtes plus chanceux que le million de personnes qui ne verra pas la semaine prochaine.
Si vous n'avez jamais été en danger de guerre, solitude de l'emprisonnement, agonie de la torture, étau de la faim, vous êtes mieux que 500 millions de personnes.
Si vous pouvez aller à l'église sans peur d'être menacé, torturé ou tué, vous avez une meilleure chance que 3 milliards de personnes.
Si vous avez de la nourriture dans votre frigo, des habits sur vous, un toit sur votre tête et un endroit pour dormir, vous êtes plus riche que le 75% des habitants de la terre.
Si vous avez de l'argent à la banque, dans votre portefeuille et de la monnaie dans une petite boite, vous faite partie du 8% les plus privilégiés du monde.
Si vos parents sont encore vivants et toujours mariés, vous êtes des personnes réellement rares.
Si vous lisez ce message, vous venez de recevoir une bénédiction parce que vous ne faites pas partie des deux milliards de personnes qui ne savent pas lire.

Travaille comme si tu n'avais pas besoin d'argent.
Aime comme si personne ne t'avait jamais fait souffrir.
Danse comme si personne ne te regardait.
Chante comme si personne ne t'écoutait.
Vis comme si le paradis était sur terre.

Texte : Bonne année, et santé ! - Jean-Yves Baziou

Bonne année
Et Santé
Pour traverser les jours

Je vous souhaite l'entrain
Aux semailles printanières
Et du miel et du blé
Quand mûrira l'été.

Bonne santé
Et Joie
Pour donner la vie

Je vous souhaite aux lèvres
Mille et mille sourires
Et des chansons et des musiques
A faire danser l'univers

Bonne santé
Et Courage
Pour affronter les orages

Je vous souhaite au coeur
Même au creux du malheur
Assez de force et de douceur
Pour essuyer les larmes.

Bonne année
Et espérance
Pour inventer de nouveaux chemins.

Je vous souhaite l'audace
De lever les yeux vers ces collines
Que laboureront demain
Les mille enfants de cette année.

Bonne année
Ne vieillissez d'un an
Que pour vous étonner encore
De la force de la jeunesse.

Texte : Le bonheur fragile s'enfuit - Anonyme

Le bonheur fragile s'enfuit
Et chacun son tour le poursuit
Dans le vacarme de la vie, le stress, le bruit
Vous essayez de le rattraper dans sa fuite
Mais il court encore plus vite
Et vous vous arrêtez, votre cœur palpite.

Vous désirez le cueillir comme un fruit
Quand vous montez l'échelle, l'arbre a grandi
Vous êtes encore et toujours trop petit

Vous le voyez dans un nuage de printemps
Mais bien trop fort est le vent !
Il disparaît de suite en s'évaporant.
Le bonheur est un beau trésor.
Une perle, un bijou en or
Qui en chacun de nous dort.

Alors vivez au rythme de vos passions
Au-delà de toutes les folies
Au-delà du jour et de la nuit
Au-delà de la terre et du désert de l'ennui.

Le bonheur vous sera offert à portée de main
Et vous le cueillerez le soir ou le matin
Alors bonne année et restez sereins.

Texte : Noël pour tous - Renée Capiten

Les sapins s’illuminent,
Les guirlandes scintillent
Et toutes les vitrines
De mill’cadeaux s’habillent…

Chanter, rire et danser
Quand brillent les chandelles…
Serons-nous tous comblés
En ce soir de Noël ?

Savons-nous que Noël
C’est aussi le prochain ?
Entendons cet appel
Qui de très près nous vient…

Alors une étincelle
Eclairera leurs yeux
Pour dire que Noël
Etait aussi pour eux !

Prière : Je suis né chez toi - Armand Guézingar

Je suis né nu, dit Dieu,
Pour que tu saches te dépouiller de toi-même.

Je suis né pauvre,
Pour que tu puisses me considérer comme l'unique richesse.

Je suis né dans une étable,
Pour que tu apprennes à sanctifier tout lieu de vie.

Je suis né faible,
Pour que tu n'aies jamais peur de moi.

Je suis né par amour,
Pour que jamais tu ne doutes de mon propre amour.

Je suis né de nuit,
Pour que tu croies que je puisse illuminer toute réalité.

Je suis né une personne comme toi,
Pour que tu n'aies jamais à te plaindre d'être toi-même.

Je suis né homme,
Pour que tu puisses être "Dieu".

Je suis né dans la simplicité,
Pour que tu évites d'être compliqué.

Je suis né pour donner la vie, dit Dieu,
Pour emmener tout le monde à la maison du Père.

Je suis né chez toi...

Prière : Le pays de l'ombre - Anonyme

Le pays de l'ombre a vu soudain se lever la Lumière.
Il n'en croyait pas ses yeux.

Elle est venue quand on ne l'attendait plus,
là où on ne l'attendait pas.

Le peuple n'en finissait pas
de scruter la nuit à la recherche de témoins lumineux.

Perdu, il tâtonnait en quête de bergers,
de repères et de buts.

Et Tu es venu, fort dans la fragilité,
puissant dans la faiblesse,
paisible au cœur de la tourmente.

Tu es venu comme un héritier tant espéré,
comme un Fils longtemps attendu.

Au pays de l'ombre, Tu es venu déposer
une braise qui n'en finira plus d'embraser.

Texte : Quatre bougies - Anonyme


Quatre bougies brûlaient lentement,
L'ambiance était tellement silencieuse qu'on pouvait entendre leur conversation :

La première dit : " Je suis la paix ! "
Cependant personne n'arrive à me maintenir allumée.
Je crois que je vais m'éteindre…
Et en diminuant son feu rapidement elle s'éteignit complètement.

La seconde dit : " Je suis la foi ! "
Dorénavant je suis plus indispensable !
Cela n'a pas de sens que je reste allumée plus longtemps.
Quand elle eut fini de parler une brise souffla sur elle et l'éteignit.

Triste la troisième bougie se manifesta à son tour : " je suis l'amour !
Je n'ai pas de force pour rester allumée.
Les personnes me laissent de côté et ne comprennent pas mon importance.
Ils oublient d'aimer même ceux qui sont proches d'eux "
Et, sans plus attendre, elle s'éteignit…

Soudain, un enfant entre et voit les trois bougies éteintes :
"Pourquoi êtes-vous éteintes ? Vous devriez être allumées jusqu'à la fin !"
En disant cela, il commença à pleurer.

Alors la quatrième bougie parla :
"N'aie pas peur, tant que j'ai ma flamme nous pourrons allumer les autres bougies :
Je suis l'espoir !"
Alors l'enfant, avec des yeux brillants, prit la bougie de l'espoir…
Et alluma les autres…

Que l'espoir ne s'éteigne jamais à l'intérieur de vous !
Et que chacun de nous sache être l'outil dont cet enfant a besoin pour maintenir :
La foi, la paix et l'amour !
La foi, l'espérance et la charité !

Texte : Les lentilles - Diogène d'Apollonie

Un jour, le philosophe grec Aristippe,
qui menait une existence confortable parce qu'il adulait le roi,
aperçoit Diogène, philosophe, en train de manger des lentilles pour souper.
Il lui dit : "Si tu apprenais à ramper devant le roi,
tu n'en serais pas à manger des déchets, comme ces lentilles."
Diogène lui répondit : "Si tu avais appris à manger des lentilles,
tu n'aurais pas à aduler le roi pour te nourrir."


Citation : Le plus grand évènement - Paul Clavier

Le plus grand évènement n'est pas que l'homme ait marché sur la lune, Mais que Dieu ait marché sur la terre...
_______________________________

Citation : Le bonheur - Anonyme

Le bonheur est à votre foyer, ne le cherchez pas dans le jardin des étrangers.
_______________________________

Citation : Atteindre le bonheur - Robert Baden-Powell

La meilleure manière d'atteindre le bonheur est de le donner aux autres.
_______________________________

Citation : Fête - Frédéric Dard

Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
_______________________________

Citation : Comme l'eau - Bouddha

Le Bouddha disait :
Le bonheur est comme l'eau entre les doigts.
Dès qu'on veut la saisir, elle n'est plus là.
Dès qu'on veut la posséder, elle s'échappe.
_______________________________

Citation : Allumer des bougies - Bouddha

Comme on peut allumer des dizaines de bougies à partir d'une seule sans en abréger la vie, on ne diminue pas le bonheur en le partageant.
_______________________________

Citation : Ne laisse jamais - Anonyme

Ne laisse jamais quelqu'un venir à toi sans qu'il te quitte meilleur et plus heureux.
_______________________________

Citation : Journée parfaite - Anonyme

Ta journée ne sera parfaite que lorsque tu auras fait du bien à quelqu'un qui ne pourra jamais te rembourser.
______________________________

Texte : Bâtir une tour - François Plouidy

Bâtir une tour, c'était le projet de cet homme dont parle Jésus… Nous, ce n'est pas une tour que nous voulons bâtir, mais nous associer aux pauvres pour construire une société juste et fraternelle.

Si nous n'y faisons pas attention, nous risquons de perdre de vue le projet qui est le nôtre : nous risquons d'oublier l'utopie qui est la nôtre, la visée profonde du Secours Catholique, qui seule peut nous dynamiser et nous faire tenir malgré les difficultés de l'action.

Le projet de Jésus, c'était de "rassembler dans l'unité les enfants de Dieu dispersés".

Le nôtre, modestement, n'est il pas le même, quand nous voulons donner place et parole dans la société et dans l'église à ceux qui sont restés sur le bord du chemin, pour qu'ils retrouvent leur dignité d'hommes et de femmes, leur dignité d'enfant du père ? Que nous gardions à l'esprits ce merveilleux projet et nous aurons encore plus à cœur de travailler à sa réalisation.
_______________________________

Prière : Prière pour mon enfant avorté - d'après Jean Pliya

(adapté par Thierry Fourchaud)

Petit bébé je te demande pardon de t'avoir refusé.
Père du Ciel je te demande pardon d'avoir refusé ton cadeau de vie.

Père Créateur, j'accepte maintenant l'enfant que tu m'as donné,
je l'accueille dans Ton amour et je déclare que je l'aime comme tu l'aimes ;
je le reçois de Toi comme un grand cadeau, dans mon sein,
pour qu'il grandisse mois après mois, jusqu'à sa naissance.

Je désire lui donner la vie pour qu'il soit heureux.
Cet enfant bien-aimé, je Te le redonne de tout mon coeur.
Je le remets à Ta mère, à ma mère,
à sa mère la Vierge Marie debout au pied de la Croix,
pour qu'elle le mette dans Ton côté ouvert,
dans Ton Coeur transpercé, ô Jésus.

Seigneur Jésus miséricordieux, guéris-moi
et libère totalement mon esprit de tout souvenir pénible
et de tout traumatisme.

Délivre mon enfant et moi-même de toute emprise de l'esprit de mort,
et guéris mon enfant de toutes ses blessures de rejet et de manque d'amour.
Comble-le de Ta paix et de Ta joie afin qu'il jubile de Toi, éternellement.
Garde-le Marie sur ton Coeur Immaculé de Mère,
jusqu'à ce qu'à nouveau, je puisse, moi aussi, le prendre dans mes bras
et lui donner un baiser. Amen !
_______________________________

Prière : Ce n'est plus aux hommes - Voltaire

Ce n'est donc plus aux hommes que je m'adresse : c'est à Toi,
Dieu de tous les êtres, de tous les mondes, de tous temps. 
Toi qui as tout donné, 
Tu ne nous a point donné un coeur pour nous haïr et des mains pour nous égorger.

Fais que nous nous aidions mutuellement à supporter le fardeau d'une vie pénible et passagère. 
Que les petites différences entre les vêtements qui couvrent nos faibles corps, 
Entre tous nos langages insuffisants, 
Entre tous nos usages ridicules, 
Entre toutes nos lois imparfaites, 
Entre toutes nos opinions insensées, 
Entre toutes nos conditions si disproportionnées, à nos yeux, si égales devant Toi, 
Que toutes ces petites nuances qui dinstinguent ces atomes appelées hommes 
Ne soient pas des signaux de haine et de persécutions.

Que ceux qui allument des cierges en plein midi pour Te célébrer 
Supportent ceux qui se contentent de la lumière de Ton soleil.

Puissent tous les hommes se souvenir qu'ils sont frères ! 
Qu'ils aient en horreur la tyrannie exercée sur les âmes, 
Comme ils ont en exécration le brigandage.

Si les fléaux de la guerre sont inévitables, ne nous haïssons pas, 
Ne nous déchirons pas les uns les autres dans le sein de la paix, 
Employons l'instant de notre existence à bénir également, en mille langages divers, depuis le Siam jusqu'à la Californie, 
Ta bonté qui nous a donné cet instant. 
_______________________________

Prière : Accorde-moi, Seigneur - Jean Harang

Accorde-moi, Seigneur un esprit souple,
Afin que je paraisse faible et sans défense plutôt que de peiner ou de briser.

Accorde-moi un esprit droit,
Afin que je n'interprète jamais en mal la peine que l'on me fait.

Accorde-moi, Seigneur, un coeur humble,
Afin que je ne me raidisse pas devant les critiques.

Accorde-moi un coeur large,
Afin que je supporte les étroitesses d'esprit.

Accorde-moi, Seigneur, une volonté ferme,
Afin que je persévère malgré l'ingratitude.

Accorde-moi surtout de savoir écouter, de savoir deviner, de savoir pardonner,
Afin que mes frères soient moins malheureux !
_______________________________

Prière : Prière de l'automobiliste - Michel Hubaut

Seigneur,

Toi qui es toujours présent sur la route de chacun,
Toi dont l'amour féconde nos gestes quotidiens,
Tourne vers moi Ton Visage,
Sois mon fidèle compagnon tout au long de mes voyages.
Accorde-moi de bien user de ma liberté
et de garder le sens de mes responsabilités.

Donne-moi, même si parfois cela me coûte,
d'observer scrupuleusement le code de la route,
par respect pour la vie que Tu m'as donnée
et pour celle de mes frères qui est sacrée.

Que je ne fasse jamais de ma voiture
un char d'assaut ou une imbécile armure,
pour me vanter de quelque performance
ou assouvir mon instinct de puissance.
Qu'elle soit un simple outil au service de mon travail
et pour le plaisir de mes loisirs.

Accorde-moi, comme le Bon Samaritain,
de savoir porter secours à celui qui en a besoin
et de faire un détour pour aider mon voisin.

Accorde-moi l'humour et la patience dans les encombrements
et, dans un beau paysage, la grâce de l'émerveillement,
l'humilité pour accepter mes propres limites
et la sobriété quand quelqu'un m'invite.

Rappelle-toi que je ne suis qu'un pauvre voyageur
qui roule vers Ton ultime rendez-vous mais ne doit pas,
de lui-même, en devancer l'heure.
_______________________________

Prière : Au matin de l'Ascension - Godfried Danneels

Seigneur Jésus, quand Tu es monté au ciel, les anges disaient aux onze :
"Ne restez pas là à regarder le ciel !"
Mais quinze jours auparavant, près du tombeau, ces mêmes anges n'avaient-ils pas dit aux femmes :
"Ne regardez pas vers le bas ! Il n'est pas ici. Il est ressuscité !"
Les anges seraient-ils capricieux qu'ils changent aussi vite d'idée ?
Que faire Seigneur Jésus : regarder en bas, vers la Terre ou en haut, vers le Ciel ?
"Vers les deux !" nous dis-Tu :
"Je suis au Ciel, regardez donc en haut, vers Moi, et priez."
Mais Je suis aussi sur Terre, dans tous les pauvres, les petits, les malades et les pécheurs.
Il vous reste tant à faire en bas, pour eux et pour moi...
Provisoirement, du moins !
Seigneur Jésus, fais-nous regarder vers le Ciel, sans oublier la Terre, et inversement.
Car tout ce que nous faisons sur Terre à ceux qui sont tiens, c'est à Toi que nous le faisons.
_______________________________

Prière : Je t'ai aimé bien tard - Augustin d'hippone


Je t'ai aimée bien tard, 
Beauté ancienne et toujours nouvelle, 
Je t'ai aimée bien tard !

Tu étais au-dedans de moi-même, 
Et moi j'étais au-dehors de moi-même, 
C'était en ce dehors que je te cherchais, 
Et me ruant sur ces beautés, pourtant créées par toi, 
J'y perdais ma propre beauté.

Tu étais avec moi, mais je n'étais pas avec toi… 
Tu m'as appelé, tu as crié 
Et tu as triomphé de ma surdité.

Tu as brillé, tu as fait resplendir tes rayons 
Et tu as chassé les ténèbres de mon aveuglement.

Tu as répandu l'odeur de tes parfums : 
J'ai commencé à les respirer et j'ai soupiré après toi. 
J'ai goûté la douceur de ta grâce 
Et j'ai eu faim et soif de toi.

Tu m'as touché et mon cœur est tout brûlant d'ardeur 
Pour la jouissance de ton éternelle paix. 
_______________________________

Prière : Prière de Dieu pour moi - Anonyme


Je connais ta misère, les combats et les tribulations de ton âme, la faiblesse et les infirmités de ton corps, je sais ta lâcheté, tes péchés, tes défaillances ; je te dis quand même : ''donne-moi ton coeur, aime-moi comme tu es''.

Si tu attends d'être un ange pour te livrer à l'Amour, tu ne m'aimeras jamais. Même si tu retombes souvent dans ces fautes que tu voudrais ne jamais commettre, si tu es lâche dans la pratique de la vertu, je ne te permets pas de ne pas m'aimer.

Aime-moi comme tu es. A chaque instant et dans quelque position que tu te trouves, dans la ferveur ou dans la sécheresse, dans la fidélité ou dans l'infidélité.

Aime-moi tel que tu es. Je veux l'Amour de ton coeur indigent ; si pour m'aimer tu attends d'être parfait, tu ne m'aimeras jamais. Ne pourrais-je pas faire de chaque grain de sable un séraphin tout radieux de pureté, de noblesse et d'amour ? Ne pourrais-je pas sur un seul signe de ma volonté, faire surgir du néant des milliers de Saints, mille fois plus parfaits et plus aimants que ceux que j'ai créés ? Ne suis-je pas le TOUT-PUISSANT ? Et s'il me plait de laisser pour jamais dans le néant ces êtres merveilleux et de leur préférer ton pauvre amour !

Mon enfant, laisse-moi t'aimer, je veux ton coeur. Je compte bien te former, mais en attendant, je t'aime comme tu es. Et je souhaite que tu fasses de même, je désire voir du fond de ta misère monter l'Amour. J'aime en toi jusqu'à ta faiblesse. J'aime l'amour des pauvres ; je veux que de l'indigence s'élève continuellement ce cri : Seigneur, je vous aime. C'est le chant de ton coeur qui m'importe. Qu'ai-je besoin de ta science et de tes talents ? Ce ne sont pas des vertus que je demande, et si je t'en donnais, tu es si faible que bientôt l'amour propre s'y mêlerait, ne t'inquiètes pas de cela.

J'aurai pu te désigner à de grandes choses. Non, tu seras le serviteur inutile, je te prendrai même le peu que tu as car je t'ai créé pour l'Amour. Aime ! L'Amour te fera faire tout le reste sans que tu y penses, ne cherche qu'à remplir le moment présent de ton amour. Aujourd'hui je me tiens à la porte de ton coeur, comme un mendiant, moi le Seigneur des seigneurs.

Je frappe et j'attends, hâte-toi de m'ouvrir, n'allègue pas ta misère. Ton indigence, si tu la connaissais pleinement, tu mourrais de douleur. Cela seul pourrait me blesser le coeur : te voir douter et manquer de confiance.

Je veux que tu penses à moi à chaque heure du jour et de la nuit, je ne veux pas que tu poses l'action la plus insignifiante pour un motif autre que l'Amour. Quand il te faudra souffrir, je te donnerai la force, tu m'as donné l'Amour ; je te donnerai d'aimer au-delà de ce que tu as pu rêver. Mais souviens toi : ''Aime-moi comme tu es''. N'attends pas d'être un Saint pour te livrer à l'Amour, sinon tu n'aimeras jamais.
_______________________________

Texte : Aime et fais ce que tu veux - Augustin d'Hippone

Ce court précepte t'est donné une fois pour toutes :
Aime et fais ce que tu veux.
Si tu te tais, tais-toi par amour,
Si tu parles, parle par amour,
Si tu corriges, corrige par amour,
Si tu pardonnes, pardonne par amour.
Aie au fond du coeur la racine de l'amour :
De cette racine, rien ne peut sortir de mauvais.



Prière : Si je savais... - Huguette Le Blanc

Si je savais me lever à chaque nouvelle aurore
Et marcher à ta suite sur les routes du monde...

Si je savais m'attarder, ouvrir mon temps et mon coeur 
Aux mendiants de fraternité qui passent...

Si je savais entendre ces mots qu'on ne murmure plus, 
Parce que la douleur est alourdie de solitude..

Si je savais m'approcher sans un geste, sans un mot, 
Comme une lumière éveillant le matin...

Si je savais dès l'aube m'occuper à aimer, 
Je serais charité, mon Dieu.

Si j'étais amour et charité "en mémoire de toi", 
Avant que ce jour ne s'épuise, 
J'aurais trouvé la joie ! 
_______________________________

Bible : Hymne à l'amour - Saint Paul

Je peux bien connaître toutes les langues du monde,
Mais sans l'Amour, les mots sont vides…
Je peux être intelligent, savant, érudit,
Je peux faire de belles et grandes choses,
Mais sans l'Amour, je ne suis rien…
Je peux partager tout ce que j'ai, par solidarité,
Me sacrifier pour les autres,
Sans l'Amour, je ne fais rien…
L'Amour est patience et bonté,
L'Amour n'est pas envieux,
Il est bienveillance.
L'Amour n'est pas jalousie,
Il ne se vante pas,
Ne s'enfle pas d'orgueil.
Il ne fait rien de malhonnête,
Ne cherche pas son intérêt,
Ne s'irrite pas,
Ne soupçonne pas le mal.
Il ne se réjouit pas de l'injustice,
Sa joie, c'est la vérité.
Il excuse tout,
Il fait toute confiance,
Il espère tout,
Il supporte tout.
L'amour ne périra jamais.
_______________________________
- 1ère lettre aux Corinthiens 13,1-8 - 

Citation : Toutes les fleurs - Proverbe chinois

Toutes les fleurs de l'avenir
sont dans les semences d'aujourd'hui.
_______________________________



Citation : L'avenir - Anonyme

L'avenir ne se subit pas ! Notre présent doit pouvoir le rêver et le construire en tirant les leçons du passé...
_______________________________

Bible : Choisi par Dieu - Saint Paul

Puisque vous avez été choisis par Dieu,
que vous êtes ses bien-aimés,
revêtez votre cœur de tendresse et de bonté,
d'humilité, de douceur, de patience.
_______________________________
- Épitre aux Colossiens 4,12 -

Citation : La joie - Anonyme

La joie est le parfum de l'amour de Dieu.
_______________________________

Citation : Se sentir aimé - François Plouidy

Vous savez, pour qu’une vie se transforme,
pour être moins « pauvre »,
il suffit parfois seulement de se sentir aimé.
_______________________________

Citation : L'amour - Gottfried Leibniz

L'amour, c'est faire du bonheur d'un autre, le sien propre.
_______________________________

Bible : Si quelqu'un m'aime - Saint Jean

Jésus dit :

Si quelqu'un m'aime
il restera fidèle à ma parole ;
mon Père l'aimera,
nous viendrons chez lui,
nous y ferons notre demeure.
_______________________
- Evangile de Jean 14,23 -

Citation : Un amour est noble - Robert Guelluy


Un amour est noble dans la mesure où il élargit la faculté d'aimer : qu'il en soit ainsi de notre amour de Dieu, qui doit nous rendre aptes à tout aimer.
_______________________________

Citation : Fleur et fumier - Placide Gaboury

La fleur, c'est le fumier qui a été aimé.
_______________________________

Citation : L'amour - Massa Makan Diabaté

L'amour est la seule chose que le partage grandit.
_______________________________

Citation : L'amour - Daniel Brottier


L'Amour est l'oubli de soi pour le bonheur de l'autre.
_______________________________

Citation : L'amour et l'humour - Anonyme

L'amour comme épée, l'humour comme bouclier...
_______________________________

Citation : Les amis - Anonyme

Les amis sont des anges silencieux qui nous remettent sur nos pieds quand nos ailes ne se souviennent plus comment voler.
_______________________________

Citation : En amitié - Michel de Montaigne

En amitié, les âmes se mêlent et se confondent l'une et l'autre d'un mélange si universel qu'elles effacent et ne retrouvent plus la couture qui les a jointes.
_______________________________

Citation : L'amitié - Jacques Maritain

Il n'y a rien de meilleur au monde que ces amitiés merveilleuses que Dieu éveille et qui sont comme le reflet de la gratuité et de la générosité de son amour.
_______________________________

Citation : La musique - Platon

La musique est une philosophie,
Elle donne une âme à l'univers,
des ailes à l'esprit,
l'envol à l'imagination,
un charme à la tristesse,
gaieté et vie à toute chose.
Elle suscite et participe
à tout ce qui est bon, juste et beau.
_______________________________

Texte : Quand je partirai

Texte Hawaïen

Maintenant que je suis parti, laissez-moi aller,
Même s'il me restait encore des choses à voir et à faire.
Ma route ne s'arrête pas ici.

Ne vous rattachez pas à moi à travers vos larmes.
Soyez heureux de toutes les années passées ensemble.
Je vous ai donné mon amour. Et vous pouvez seulement
Deviner combien de bonheur vous m'avez apporté.

Je vous remercie pour l'amour que vous m'avez témoigné.
Mais il est temps maintenant que je poursuive ma route.
Pleurez-moi quelque temps, si pleurer il vous faut.
Et ensuite, laissez votre peine se transformer en joie.
Car c'est pour un moment seulement que nous nous séparons.

Bénissez donc les souvenirs qui sont dans votre cœur.
Je ne serai pas très loin, car la vie se poursuit.
Si vous avez besoin de moi, appelez-moi. Je viendrai.
Même si vous ne pouvez me voir ou me toucher,
Je serai près de vous.

Et si vous écoutez avec votre cœur,
Vous percevrez tout mon amour autour de vous dans sa douceur et sa clarté.
Et puis, quand vous viendrez à votre tour par ici,
Je vous accueillerai avec le sourire
Et je vous dirai : Bienvenue chez nous ! ".
_______________________________

Texte : Lettre à mon ami Teilhard de Chardin

Lettre à mon ami Teilhard de Chardin écrite sur le Chemin de Compostelle

Celui qui est parti, ne le cherchez pas en arrière,
Ni ici, ni là, ni dans les vestiges matériels
Qui vous sont naturellement chers.

Il n'est plus là, il ne vous attend plus là.
C'est en avant qu'il faut le chercher,
Dans la construction de votre vie renouvelée.
Soyez-lui fidèle là,
Et non dans une sentimentalité rétrospective
Qu'il faut avoir le courage de briser…
Sa véritable trace n'est pas
Dans certaines manifestations de son activité.

Sa disparition, si douloureuse qu'elle puisse être,
Doit vous libérer, non vous déprimer.
Non pas oublier, mais chercher en avant.
Malgré tout ce que vous pouvez ressentir ou croire,
Reconnaître avec évidence, que votre vie doit se poursuivre.
_______________________________

Texte : Adieu - Une sœur carmélite


Ce qui se passera de l'autre côté,
quand tout pour moi aura basculé dans l'éternité,
je ne sais pas.
Je crois, je crois seulement qu'un Amour m'attend.

Je sais pourtant qu'alors il me faudra faire,
pauvre et sans poids, le bilan de moi.
Mais ne pensez pas que je désespère.
Je crois tellement qu'un Amour m'attend.

Quand je meurs, ne pleurez pas ;
c'est un Amour qui me prend.
Si j'ai peur - et pourquoi pas ?
Rappelez-moi simplement
Qu'un Amour, un Amour m'attend.

Il va m'ouvrir tout entière à sa joie, à sa lumière.
Oui, Père, je viens à toi dans le vent,
dont je ne sais ni d'où il vient, ni où il va.
Vers ton Amour, ton Amour qui m'attend.
_______________________________

Texte : La nuit n'est jamais complète - Paul Eluard


La nuit n'est jamais complète.
Il y a toujours, puisque je le dis,
Puisque je l'affirme,
Au bout du chagrin une fenêtre ouverte,
Une fenêtre éclairée.
Il y a toujours un rêve qui veille,
Désir à combler, faim à satisfaire,
Un cœur généreux,
Une main tendue, une main ouverte,
Des yeux attentifs,
Une vie, la vie à se partager.
_______________________________


Texte : Ô morts - Gilles Baudry

Vous reposez, ô morts
Si intensément absents
Que vous êtes, au cimetière,
Nos vivants de l'au-delà,
Pareils aux arbres
de l'arrière été
Vous avez pris racine
Dans l'invisible
Doucement rayonnants
_______________________________

Bible : Dieu n'a pas fait la mort - Bible

Dieu n'a pas fait la mort.
Il ne se réjouit pas de voir mourir les êtres vivants.
Il a créé toutes choses pour qu'elles subsistent.
Car la justice est immortelle.
_______________________
- 1er livre de la Sagesse 13,14-15 -

Texte : Poème pour une maman - Camara Laye

Femme Noire, femme africaine,
Ô Toi, ma Mère, je pense à toi ...
Ô Daman, Ô ma Mère,
Toi qui me portais sur le dos,
Toi qui m'allaitas
Toi qui gouvernas mes premiers pas,
Toi qui la première m'ouvris les yeux aux prodiges de la terre,
Je pense à toi...

Femmes des champs, femme des rivières,
Femme du grand fleuve, Ô Toi ma Mère,
Je pense à Toi...

Ô toi, Daman, Ô ma Mère,
Toi qui essuyais mes larmes,
Toi qui me réjouissais le cœur,
Toi qui, patiemment, supportais mes caprices,
Comme j'aimerais être encore près de Toi,
Être enfant près de Toi !

Femme simple, femme de la résignation,
Ô Toi, ma Mère, je pense à Toi...

Ô Daman,
Daman, de la grande famille des forgerons,
Ma pensée toujours se tourne vers Toi,
La tienne à chaque pas m'accompagne,
Ô Daman, ma Mère,
Comme j'aimerais être encore dans ta chaleur,
Être enfant près de Toi...

Femme Noire, femme africaine,
Ô Toi, ma Mère, merci,
Merci pour tout ce que tu fis pour moi,
Ton fils, si loin, si près de Toi !
_______________________________

Texte : Et Dieu créa la maman - Anonyme


Du soir au matin, du matin au soir, Dieu travaillait sans relâche à créer la Maman.
Lui apparut alors un ange qui lui dit :
- " Vous en mettez du temps pour cette créature-là ! "
Le Bon Dieu lui répondit :
- " As-tu seulement lu sa fiche technique ?
Il faut qu'elle soit entièrement lavable sans être de plastique.
Elle est composée de mille pièces mobiles, toutes remplaçables
Elle roule au café noir et aux " restants " de cuisine
Elle marie la douceur des roulements à la solidité de la carrosserie.
Ses baisers guérissent tout, depuis les entorses aux chevilles jusqu'aux chagrins d'amour !!!
Il lui faut aussi six paires de mains ! "

L'ange hocha la tête :
- " Six paires de mains ? Impossible ! "
- " Ce ne sont pas tellement les mains qui m'embarrassent, expliqua le Bon Dieu, mais les trois paires d'yeux indispensables à toute maman. "
- " Ce n'est pas conforme au prototype ! "

En soupirant, le Bon Dieu continua :
- " Il lui faut une paire d'yeux qui voient à travers les portes fermées : " que faites-vous là, les enfants ? ", tout en connaissant la réponse.
Une autre paire d'yeux derrière la tête pour voir ce qu'elle ne devrait pas, mais qu'elle doit savoir.
Et une troisième paire par devant, pour regarder l'enfant qfaisant une bêtise, des yeux qui disent quand même " Je t'aime et je te comprends… " et tout ceci sans ouvrir la bouche ! "

- " Seigneur, dit l'ange en lui tapotant amicalement l'épaule, allez vous couchez, il se fait tard, à chaque jour suffit sa peine "…
- " Je ne peux pas, répondit le Bon Dieu, je sens que je touche au but :
Je suis sur le point de créer un être véritablement à mon image, un être qui me ressemble !
J'ai en effet réussi à rendre cette créature capable de se guérir toute seule quand elle est malade,
de préparer un repas pour six personnes avec une livre de viande hachée,
de faire prendre son bain à son grand garçon de neuf ans
et de consoler le premier chagrin d'amour de sa grande de quinze ans. "

L'ange continua l'inspection de la future maman : " trop délicate ", murmura-t-il.
- " Oui mais combien résistante ! répliqua vivement le Bon Dieu. C'est incroyable tout ce que cette créature peut faire et supporter ! "
- " Elle peut penser ? " demanda l'ange.
- " Non seulement penser mais encore aimer et apaiser ", dit Dieu.

L'ange poursuivit l'examen, passa son doigt sur la joue et fit remarquer :
- " Oh ! il y a une fuite ! "
- " Ce n'est pas une fuite, dit le Bon Dieu, c'est une larme ".
- " Une larme de quoi ? " demanda l'ange.
- " Une larme de joie, de tendresse, de déception, de tristesse, ou encore de fierté ", dit le Bon Dieu.
- " Ce sera sûrement Le chef-d'œuvre de toute la Création ", conclut l'ange.
- " De fait, ajouta le Bon Dieu, j'en suis si fier que j'en prépare une pour mon propre Fils.
Je l'appellerai Marie. "
_______________________________

Texte : La fête des mamans - Anonyme


La fête des mamans c'est beau !
Alors, écrivons leurs quelques mots.
Dans la vie, croyez-moi,
Il y a une chose qu'on n'a qu'une fois.
On a des amis, des enfants
Mais rien qu'une maman !

Elle ne se remplace pas,
Tout le monde vous le dira.
Qu'elle soit brune ou blonde
On n'a rien de plus cher au monde
Elle nous a bercés,
Etant tout bébé ;
Puis on a grandi
En lui donnant parfois des soucis…

Plus tard, on a volé de nos propres ailes
Mais on a quand même besoin d'elle
Et un jour on vient vous la prendre
C'est un morceau de votre cœur qui s'en va
Loin là bas dans l'au-delà...

Alors, pendant que vous la possédez,
Sachez au moins l'aimer,
Penser souvent à elle
Car toutes les mamans sont belles
Et malgré qu'elle ne soit plus là,
Dans votre mémoire elle restera.
Car l'amour d'une mère
Jamais ne se perd !

Alors par ce poème,
Je viens te dire : "Maman je t'aime !
D'aujourd'hui ou du passé
Reçois mes plus tendres baisers..."
_______________________________

Texte : La poule - d'après Philippe Neri


Un jour Philippe Neri confessait une dame de la noblesse romaine. Celle-ci lui avoua qu'elle avait, non sans un certain plaisir, répandu toutes sortes de ragots autour d'elle. Le futur saint l'écouta et, à la fin de l'entretien lui infligea une curieuse pénitence : 
  • "Vous allez prendre une poule sous le bras et vous parcourrez les rues de Rome en plumant la poule et en jetant au vent ce que vous aurez arraché. Cela fait, vous viendrez me voir demain matin." 
La femme s'exécute et revient le lendemain : 
  • "Maintenant, dit le prêtre, je vous demande d'aller ramasser toutes les plumes et de me les rapporter." 
  • "Mais, Père, le vent les a dispersées, la foule les a piétinées, les gamins les ont ramassées… Je ne pourrai jamais les retrouver toutes. 
  • Vraiment ? répond le prêtre, Retenez bien ceci alors : il en est ainsi de vos médisances…" 
_______________________________

Texte : Lumière - Chantal Le Goff


Lumière obscure, noire,
De tout ce désespoir,
Cette misère qui hante tant d'êtres humains,
Dans ce monde devenu inhumain !

Lumière d'un jour
Qui, par un "bonjour",
Un bénévole, une personne,
A votre porte sonne,
Prendre de vos nouvelles
Et tout reste confidentiel...

Lumière d'espoir,
Le bénévole demande à vous revoir
Pour sans doute vous écouter
Dans le plus grand respect,
Pour que votre désespoir cesse...
Plus de tristesse, mais que renaisse
L'envie de rebondir, le goût de vivre...

Lumière d'espérance,
Cette confiance, cette tolérance
Nées entre soi et ce bénévole
Et c'est un nouvel envol,
Après tant d'années de désespérance.

Lumières du combat que le Secours Catholique mène.
Les salariés, les bénévoles se démènent
Contre l'injustice, la grande précarité,
Ici et par le monde depuis tant d'années...
Pour espérer voir renaître
Un monde de justice et de fraternité,
Un monde de Paix !
_______________________________

Texte : Accueillir - Jean Paul II (Karol Vojtyla)


Puissiez-vous contribuer à cet aspect majeur de la Mission de l'Église :
accueillir et visiter les plus pauvres, les plus souffrants d'entre nous,
les accompagner avec la discrétion qu'appellent
la souffrance de l'autre et le mystère de son cheminement intérieur,
pour que, réconfortés par l'aide de leurs frères,
ils soient illuminés dans la Foi,
par la force de l'Espérance et de l'Amour.
_______________________________


blogger