Texte : Donneur de sang - Maxime Piolot

Tu m'as donné
Un peu de ton sang,
Un peu de ta vie.
Je ne sais rien de toi,
Ni ton nom, ni ta voix,
Donneur de sang,
Donneur de vie.

Tu ne recevras rien,
Ni gloire, ni salaire,
Pas même un grand festin,
Tout cela t'indiffère.

Cette offrande anonyme,
Dont tu parles tout bas,
Je la trouve sublime,
Tu donnes et tu t'en vas.

Je te croise parfois,
Peut-être, on ne sait pas,
Inconnu, je te dois
La force d'être là.

- Chanson extraite de son disque "Fais confiance... mais attache ton chameau" - 




Texte : Le soin du détail - Jean Rodhain

Restauration d'une fenêtre à meneau
- Photo de Arnaud Julien : "Restauration" -

Pour ouvrir ma porte accidentée,
ce soi-disant serrurier s’agita toute la matinée.
Il lui manquait un outil. Il avait mal calculé ses dimensions.
Ses clefs ne correspondaient pas au modèle de serrure.
Quelle fatigue de constater tant d’incompétence.
Quelle tristesse devant l’absence de métier.
Quoi de plus lamentable qu'un travailleur qui ne sait pas travailler...
On le reconnaît à ce signe : il ne fait pas attention aux détails...

Pour cimenter le seuil de mon escalier,
le maçon du village a travaillé toute la journée.
Il sait tailler les dalles et en jointoyer exactement les arêtes.
Son tour de main est impeccable
et chaque coup de marteau ajuste la pierre rigoureusement.
Il n’y a pas une bavure dans la découpe,
ni un seul kilo de ciment gaspillé.
On contemple sans se lasser ce travail exact d’un homme de métier :
on le reconnaît au soin qu'il apporte dans chaque détail.

A Calcutta, j’ai visité les "mouroirs" de Mère Teresa.
Ces lieux sont marqués par l’absence de mobilier.
C’est une quasi-nudité dans l’équipement.
Mais la pauvreté du cadre est compensée
par une sollicitude continuelle et évidente.
Aucun confort, mais mille gestes de services rendus,
de prévenances et de présence.
Le souci du détail peuple ce vide qui sans cela serait désolation.


Citation : Partage - Proverbe russe


Partage ton pain ; il diminue…
Partage ta maison ; elle ne diminue pas !
 Partage ton bonheur ; il augmente…
_______________________________


Texte : Vivre debout - Michel Scouarnec


Ils se tiennent debout  et ils sont libres
Ceux dont le cœur est pauvre et grand ouvert,
Ceux dont le cœur est accueillant et rempli de douceur.
Ceux qui savent pleurer avec ceux qui pleurent
Et se réjouir avec ceux qui sont dans la joie.


Texte : Le moment présent - Anonyme


cadeaux

Apprécions chaque moment que nous avons
Car hier fait partie de l'histoire
Et demain demeure encore un mystère...
Mais aujourd'hui est un superbe cadeau,
C'est pour cela qu'il se nomme "le présent" !!!


Texte : Partager, c’est multiplier - Jean Rodhain


Je partage ce fraisier et je repique les plants obtenus,
Ainsi j’ai multiplié les fraises pour l’été prochain.
Je partage ce journal avec mes voisins à qui je le passe régulièrement,
Ainsi j’ai multiplié les occasions de réfléchir.
On partage cet atome d’uranium au point de parvenir à une véritable fission
Ainsi on multiplie les réactions en chaîne, c’est la force nucléaire.

Sur le Mont des Béatitudes, cela aurait pu se passer autrement.
Pour nourrir cette foule affamée, le Seigneur aurait pu déclencher,
Descendant d’une nuée lumineuse, un cortège d’anges distributeurs.
Cette mise en scène aurait frappé l’opinion.

Pas du tout !
Le Seigneur accueille simplement ce gamin
Avec dans sa corbeille et ses cinq pains qu'il accepte de partager.
Ce partage devient la multiplication des pains.
Partager, c’est, multiplier...

Si un calculateur vient discuter de ce qui lui parait une entorse aux lois de l’arithmétique,
Je lui concéderai que cela échappe en effet totalement à la stricte arithmétique.
Nous sommes sur un autre plan.
L’égoïste, qui ne partage pas, se referme sur lui-même.
Il s’enferme.
C’est la dureté de la porte fermée.
Il n’y a plus rien après.

Le partage, au contraire, est un déploiement
Comme la plante dont la tige en se divisant s’épanouit en fleurs et en fruits.
Dans le royaume mystérieux des âmes,
Il y a, ainsi des lois non chiffrées qui font du partage
Un épanouissement aux fruits multiples.

Enfin à tout cela Il faut ajouter la propagation contagieuse :
Saint Martin partage son manteau sans imaginer qu'à son exemple
Des générations entières imiteront ce partage :
Il a multiplié du même coup des échos innombrables.

Dans un quartier en apparence inerte,
voici des enfants qui, avec une spontanéité d’enfants,
se mettent au service d’un paralytique sans famille.
Trois mois après, réveillés par ce petit choc,
Des adultes font une enquête sur les cas semblables.
On découvre ceux qu'on ne voyait pas.
On interroge la municipalité sur ces cas du quartier.
Le partage des enfants à fait écho.
Il a eu de multiples conséquences.
Partager, c’est encore multiplier...


Texte : Le souvenir - Anonyme


Un être humain qui s'éteint,
N'est pas un mortel qui finit,
Mais un immortel qui commence...

Aussi, en confiant un corps à la terre accueillante
Où il dormira doucement à côté des siens
En attendant que j'aille l'y rejoindre,
Je ne lui dis pas "Adieu !" mais "À bientôt !"

Il est impossible en effet d'aimer si fort un être
Et le perdre à jamais...
Ceux que nous avons aimés et perdus
Ne sont peut-être plus où ils étaient
Mais partout où nous sommes. et pour toujours...

Un beau mot nous le révèle,
plein de poésie et de tendresse,
C'est : "le souvenir".


Citation : Etre parfait ? – Hervé Boulic


Un saint… ce n'est donc pas un être parfait,
mais un homme ou une femme qui vit de manière telle
que tous ses actes parlent de Dieu.
_______________________________


Texte : Les Promesses - Lucien Moriani


Demain, déjà une aube nouvelle,
Pleine de promesses sur l’eau ridée d’un lac.
C’est une scène qui existe depuis le début des temps.
Mais il faudra encore, toujours, que deux humains se rencontrent.
Une lumière, une flamme, beaucoup d’amour.

Puis un jour plein de promesses, tièdement arrive à pas feutrés,
Un beau bébé aux joues satinées.
Il faudra du courage, des efforts,
des incertitudes, des soucis, des doutes,
Pour que le petit devienne fort.

Le pousser un peu pour qu’il trouve sa route ;
Veiller sur lui, l’aimer profondément ;
Le rassurer, lui faire confiance.
Doucement le faire sortir de l’enfance
Pour qu’il rentre dans le cercle des "grands" !

La lune éclairera la mer, foisonnement de vie, de promesses.
Ces jours, demain, seront comme hier !
Dans la grande kermesse des astres célestes.


Citation : Pour grandir - Elisabeth Kübler-Ross


Pour grandir vous n'avez pas forcément besoin
de guides spirituels ou de gourous.
Vos maîtres se présentent sous des masques divers,
un enfant, un malade en phase terminale, une femme de ménage...
Aucune théorie au monde ne vaudra jamais
la parole d'un être humain qui vous ouvre son cœur.
_______________________________


Texte : Hier et demain - René Dumonceau

Vague ... à l'âme ...
- Photo : "Vague... à l'âme" par ..Marie -

Il y a deux jours par semaine où l'on ne devrait pas s'inquiéter,
Deux jours sans appréhension, ni peur.
Le premier, c'est hier, avec les erreurs commises,
les faux pas, les regrets et les douleurs.
Hier est passé et maintenant hors de notre contrôle pour toujours.
Tout l'argent du monde ne peut ramener hier.
Il est impossible de reprendre une action ou d'effacer une parole.
Hier est passé!

L'autre jour qui ne devrait pas nous inquiéter, c'est demain;
avec ses adversaires impossibles, ses fardeaux,
ses promesses d'espoir et son peu de contrôle.
Demain, le soleil se lèvera dans toute sa splendeur
ou derrière un masque de nuages.
Mais soyez certain, il se lèvera !
Et avant qu'il ne se lève, il n'y a rien à faire,
car le jour n'est pas né.

Il ne reste donc qu'aujourd'hui.
Chacun de nous peut faire face aux batailles d'un jour.
C'est seulement quand on ajoute les fardeaux d'hier à ceux de demain que l'on ne peut continuer.
Ce ne sont pas les expériences quotidiennes qui mènent à la folie.
Ce sont les remords d'hier accompagnés des craintes de demain.
Il faut donc vivre un jour à la fois!


Citation : Prévoyance - Mark Twain


La catastrophe qui finit par arriver
 n’est jamais celle à laquelle on s’est préparé.
_______________________________


Texte : Vivre - Etty Hillesum


Pourquoi devrais-je réaliser quoi que ce soit ?
j’ai tout simplement à être, à vivre,
à tenter d’atteindre une certaine humanité.
On ne peut tout dominer par la raison,
laissons donc les fontaines du sentiment et de l’intuition
jaillir un peu elles aussi.

- Ecrit d'Auchwitz, quelques temps avant de mourir - 

blogger