Texte : Va vers toi-même - Gabriel Ringlet

Va vers toi-même.
Étonne-toi de toi.
Accueille la polyphonie qui t'habite.
Les couleurs de ta palette
sont plus que tu ne l'imagines.

Réveille les lumières de ton vitrail intérieur.
As-tu déjà contemplé un vitrail de près ?
Vu de l'extérieur,
il paraît un peu gris et triste.
Il faut entrer dans le sanctuaire ou dans la maison.
Et s'asseoir.

Pas seulement un jour, une fois.
S'asseoir souvent, quelques minutes,
mais à des heures différentes,
quand il fait beau soleil,
quant il fait pluie,
par temps de neige ou de brouillard.

Quelle vie, un vitrail !
A chaque saison du jour une lumière nouvelle.
Assieds-toi près de toi, respire un bon coup,
laisse un peu de souffle t'envahir,
et dis-toi que le premier vitrail ,
c'est toi.

Citation : Obstacle à la vie - Sénèque

Le plus grand obstacle à la vie
est l'attente qui espère demain
et néglige aujourd'hui.
_________________________


Texte : Si tu veux éviter - François d'Assise

Si tu veux éviter la peur,
donne-toi à l’amour.
Si tu veux éviter l’ignorance,
recherche la sagesse.
Si tu veux éviter la colère,
cultive la patience.
Si tu veux éviter le trouble,
sois humble.
Si tu veux éviter le désir de posséder,
laisse-toi appauvrir.
Si tu veux éviter l’avarice,
sois joyeux.
Si tu veux éviter les préoccupations mauvaises,
cherche la paix intérieure.
Si tu veux éviter l’errance de l’esprit,
aime la méditation.
Si tu veux éviter la dureté du cœur,
découvre la miséricorde.

Cri de pauvre : Je descends la rue - Portia Nelson

addiction
- Photo "Addiction" de Cornel Gingarasu -

Je descends la rue...
Sortir d’une dépendance nécessite un cheminement,
un mode de vie de tous les jours :

Je descends la rue...
Il y a un trou profond dans le trottoir :
Je tombe dedans.
Je suis perdu...
je suis désespéré.
Ce n’est pas ma faute.
Il me faut du temps pour en sortir.

Je descends la même rue.
Il y a un trou profond dans le trottoir :
Je fais semblant de ne pas le voir.
Je tombe dedans à nouveau.
J’ai du mal à croire
que je suis au même endroit.
Mais ce n’est pas ma faute.
Il me faut encore longtemps pour en sortir.

Je descends la même rue.
Il y a un trou profond dans le trottoir :
Je le vois bien.
J’y retombe quand même...
c’est devenu une habitude.
J’ai les yeux ouverts.
Je sais ou je suis.
C’est bien de ma faute.
Je ressors immédiatement.

Je descends la même rue.
Il y a un trou profond dans le trottoir :
Je le contourne.

Je descends une autre rue...

Texte : Valoriser la singularité - d'après Hannah Arendt

Les Nazis ont commencé
par empêcher les gens de penser,
par les banaliser.
Ils leur ont ensuite imposé des idéologies
qui fonctionnent par clichés et obéissance :
On n'a plus le droit de s'interroger ni de penser,
seulement d'obéir.
Ainsi, une fois la pensée détruite,
ils ont pu leur faire accepter de détruire la vie,
jusqu'à leur faire accepter
le principe des camps d'extermination...
La seule antidote,
c'est de valoriser la singularité.

Citation : Liberté et loi - Henri Lacordaire


Entre le fort et le faible,
entre le riche et le pauvre,
entre le maître et le serviteur,
c'est la liberté qui opprime
et la loi qui affranchit !
_________________________


Texte : La vie - Charlie Chaplin

J'ai pardonné des erreurs presque impardonnables,
j'ai essayé de remplacer des personnes irremplaçables
et oublier des personnes inoubliables.
J'ai agi par impulsion,
j'ai été déçu par des gens que j'en croyais incapables,
mais j'ai déçu des gens aussi.

J'ai tenu quelqu'un dans mes bras pour le protéger.
J'ai ri quand il ne fallait pas.
Je me suis fait des amis éternels.
J'ai aimé et l'ai été en retour, mais j'ai aussi été repoussé.
J'ai été aimé et je n'ai pas su aimer.
J'ai crié et sauté de tant de joies,
j'ai vécu d'amour et fait des promesses éternelles,
mais je me suis brisé le cœur, tant de fois !

J'ai pleuré en écoutant de la musique
ou en regardant des photos.
J'ai téléphoné juste pour entendre une voix,
je suis déjà tombé amoureux d'un sourire.
J'ai déjà cru mourir par tant de nostalgie
et j'ai eu peur de perdre quelqu'un de très spécial…
que j'ai fini par perdre !
Mais j'ai survécu !
Et je vis encore !

Et la vie, je ne m'en passe pas...
Et toi non plus tu ne devrais pas t'en passer.
Vis !!!
Ce qui est vraiment bon,
c'est de se battre avec persuasion,
embrasser la vie et vivre avec passion,
perdre avec classe
et vaincre en osant,
parce que le monde appartient à celui qui ose
et que la vie c’est beaucoup trop pour être insignifiante !"

Audio 2mn : Je choisis la simplicité - Yves Boulvin


Simplicité. Simplicity.
- Photo "Simplicité" de Amiela40 -





Si ce lecteur ne fonctionne pas (HTML 5), utilisez celui ci-dessous (Flash).




Citation : Utopie – René de Chateaubriand


Un temps viendra où l’on ne concevra pas
qu’il fut un ordre social dans lequel
un homme avait un million de revenus
tandis qu’un autre homme n’avait pas de quoi payer son dîner.
D'un côté, quelques individus détenant d’immenses richesses,
de l’autre, des multitudes sans nom de troupeaux affamés.
____________________________


Texte : Grand-mère - Maurice Carême

Vietnam   Hoi An   Grand Mère
- Photo "Vietnam Hoi An Grand Mère" de Anne Pixanne" -

Et voici que s'approche à pas lents ma grand-mère.
Je l'écoute monter prudemment l'escalier...
Puis je sens son regard qui descend jusqu'au fond de moi-même,
dans l'ombre où se cache mon cœur
afin de s'assurer que je suis resté bon
comme elle m'a connu dans sa pauvre maison.

Et pour moi seul, elle commence à chantonner
une vieille chanson pleine de gaucheries
où l'on dit le bonheur d'être humble dans la vie,
où l'on dit la candeur d'aimer et d'être aimé.
On dirait que sa voix fait trembler la lumière,
et j'entends doucement mes souvenirs pleurer.

Texte : La pauvreté en France, un scandale ! - Annick Lhuillier

   - C'était la journée mondiale de la misère -

Comment, dans notre pays dit riche et généreux,
pouvons-nous avoir encore autant de personnes démunies ?
Nous sommes pourtant enviés pour notre système social.
Nous avons inventé les « droits de l’homme »…
Pourtant, aucun de nos gouvernants n’a pu résoudre ce problème récurrent,
véritable cancer de notre société.
Cette situation nous déstabilise tous, quelle que soit notre situation,
fort conscients qu’un accident de la vie au mauvais moment
peut nous plonger assez vite dans la spirale de la pauvreté et de l’exclusion.

La France a pourtant été forgée patiemment et courageusement,
au cours des siècles, dans une longue culture judéo-chrétienne
qui prône amour, justice et partage.
En plus, la révolution de 1789 a été initiée
à partir d’un grand désir de justice sociale bien légitime.
La laïcisation, fortement implantée dans notre pays,
a su garder très vivace l’esprit de solidarité et de partage.
Notre système social basé sur la répartition entre tous,
au lieu d'une assurance individuelle assez égoïste,
en est l’exemple caractéristique.
Pensons aussi à tous ces élans de générosité sans pareil qui s’organisent partout
dès qu’une catastrophe humanitaire se produit dans le monde.
Et la devise de la France, « Liberté Egalité Fraternité »,
se trouve inscrite en gros sur les frontons de nos mairies !

Pourtant, plus nous vivons dans l'opulence matérielle,
culturelle, de loisirs, de confort, etc.
plus le nombre d'exclus du système augmente, au point qu’à chaque élection,
on constate une dangereuse montée des partis extrémistes
stigmatisant les contestations, sans apporter de solutions réalistes !
Et ce n’est pas qu’une question de médiatisation hyper sélective
comme cela nous rassure de le penser,
mais c’est une véritable réalité sociale
qui gangrène jour après jour la société française…

Il nous faut d’urgence et par tous les moyens essayer d’enrayer,
jusqu'à ses plus petits rouages,
le mécanisme de ce scandale d’une actualité criante
et assez dangereuse pour l’avenir...
et tenter de comprendre comment aujourd'hui
les faits viennent trop souvent contredire toutes ces idées généreuses
qui ont construit notre pays au fil des siècles.

Chacun peut le faire à son petit niveau local,
avec son entourage de proximité :
il suffit d’un peu plus d’attention et d’écoute bienveillante,
et d’un peu d’imagination au jour le jour, au cas par cas,
pour que chacun (on est 60 millions de « chacuns », n’oublions pas !)
fasse un petit pas vers plus de fraternité…

Citation : Difficulté d’agir Constantin Brancusi

Les choses ne sont pas difficiles à faire,
ce qui est difficile,
c'est de se mettre en état de les faire.
_________________


Texte : La culture de mise à l’écart – Pape François

Recherche d'emploi
- Photo "Recherche d'emploi" de dwursteisen -

Quand nous isolons les jeunes, nous faisons une injustice :
nous les séparons de leur appartenance :
leur famille, leur patrie, leur culture, leur foi…
mais, nous ne devons surtout pas les isoler de toute la société !
Ils sont – vraiment – l’avenir d’un peuple !
Ils sont l’avenir parce qu’ils ont la force,
ils sont jeunes, ils doivent pouvoir aller de l’avant.

Mais à l’autre extrême de la vie aussi,
les personnes âgées, sont l’avenir d’un peuple.
Un peuple a un avenir s’il avance avec ces deux réalités :
d'une part, avec la force  des jeunes pour le faire avancer
et d'autre part, avec les personnes âgées
car ce sont elles qui donnent la sagesse de la vie.

Bien des fois, je pense que nous commettons une injustice envers elles :
nous les laissons de côté comme si elles n’avaient rien à nous donner ;
Pourtant, elles ont la sagesse, la sagesse de la vie,
la sagesse de l’histoire, la sagesse de la patrie,
la sagesse de la famille.
Et nous avons besoin de cela ! …

- lire la suite sur le site du Vatican : http://www.vatican.va/holy_father/francesco/speeches/2013/july/documents/papa-francesco_20130725_gmg-comunita-varginha_fr.html

Texte : Moins penser à moi - Jean Rodhain

J'ai trouvé la joie du jour où j'ai moins pensé à moi.
Mes soucis sont mon huis-clos.
Je tourne en rond dans la prison de mes ennuis personnels.
Une visite par semaine à un jeune handicapé physique
Une visite par mois à la prison...

J'apprends le courage des autres.
Ils ont ouvert des fenêtres dans mes mesquines murailles.
Le soleil est entré !


Citation : Quand on est pauvre - Matthieu Ricard


Quand on est pauvre parmi des pauvres
la solidarité nous sauve.
Mais ici, la misère est plus souvent noyée
dans l'anonymat matériel de la prospérité :
être pauvre parmi les riches
entraîne un isolement encore plus douloureux.
_______________________


Citation : Un stylo - Malala Yousafzai

Un enfant,
un enseignant,
un livre
et un stylo
peuvent changer le monde.

- les extrémistes ont peur des livres ! -
_________________


Citation : Les biens matériels - Saint Exupéry


En travaillant pour les seuls biens matériels,
nous bâtissons nous-mêmes notre prison.
Nous nous enfermons solitaires
 avec notre monnaie de cendre
 qui ne procure rien qui vaille.
_______________________________


Citation : L’exclusion- Thibault Hauthuille

Les trois amis
- Photo "Les trois amis" de chris.paul74 -

Jusqu'où faut-il être descendu
 pour que la ré-humanisation
 passe par le regard d'un chien ?

Entendu à Diaconia 2013
_______________________________



Texte : Interview de Dieu - Anonyme

Aujourd'hui, comme prière, j'ai demandé un interview à Dieu :
  • Alors tu aimerais avoir un entretien, demande Dieu.
  • Si vous avez du temps, j'aimerais bien.
  • Mon temps est éternel, me répond-il en souriant...
    quelles questions as-tu à me poser ?

  • Tout d'abord, qu’est-ce qui vous surprend le plus dans l’être humain ?
  • C'est qu'il s'inquiète du futur alors qu'il oublie le présent,
    de telle sorte qu’il ne vit ni dans le présent ni dans le futur.
    Il vit aussi comme si la mort n'existe pas
    et il meurt comme s’il n’avait jamais vécu.
    Quand il est enfant, ils il a hâte de devenir grand
    et quand il est grand, il fait tout pour rajeunir.
    Il perd sa santé à vouloir gagner de l’argent,
    puis perd son argent à vouloir retrouver la santé.
La main de Dieu a pris la mienne
et pour un moment, nous étions silencieux,
puis, je lui ai demandé :
  • Et en tant que parent, quelles leçons de vie
    apprendriez-vous à vos enfants ?
  • Leur apprendre qu’ils ne peuvent forcer personne à les aimer,
    me répondit Dieu très doucement.
    Mais ce qu’ils peuvent faire par contre, c’est de d'aimer...
    Leur apprendre que le plus important
    n’est pas ce qu’ils possèdent, mais qui ils sont.
    Leur apprendre qu’il n’est pas bon
    de comparer leur vie avec celle des autres.
    Leur apprendre qu’il suffit de quelques secondes
    pour causer une blessure profonde à un être cher,
    mais qu’il faut plusieurs années pour le guérir.
    Leur apprendre qu’il y a des gens qui les aime,
    mais ils ne savent pas toujours comment montrer leurs sentiments.
    Leur apprendre que l’argent peut tout acheter… sauf le bonheur.
    Leur apprendre que deux personnes peuvent avoir la même idée
    et pourtant, la voir différemment.
    Leur apprendre qu'il n’est pas suffisant d’être pardonné,
    mais qu’ils doivent aussi pardonner eux-mêmes aux autres.
    Et surtout, leur apprendre que je suis ici... toujours... tout près d'eux...

Citation : Le verbe aimer Jean Cocteau

marguerite
- Photo "Marguerite" de Caroline Clauss -

Le verbe aimer est difficile à conjuguer :
son passé n'est pas simple,
son présent est imparfait
et son futur est toujours conditionnel.
_______________________________


Texte : Rappelle-toi - Thomas Merton

Rappelle-toi
Que si un rien fait souffrir
un rien aussi fait plaisir...
Que tu peux être semeur
d'optimisme, de courage, de confiance...
Que ta bonne humeur peut égayer la vie des autres...
que tu peux, en tout temps, dire un mot aimable...
Que ton sourire non seulement t'enjolive,
mais qu'il embellit l'existence de ceux qui t'approchent...
Que tu as des mains pour donner
et un cœur pour pardonner...


Texte : Le silence - Julien Green

Le silence,
Un trésor qui se fait de plus en plus rare !
Or il est indispensable à l'esprit.
C'est une des plus sûres des portes de secours
Qui mènent à l'essentiel.
Notre siècle nous offre
le plus considérable massacre du silence.
Or la paix habite le silence !


Texte : Courage ! – Yves Boulvin

Bateau de pêche ( 29 )
- Photo "Bateau de pêche" par Corinne Rolland -

Aujourd'hui, devant les difficultés de la vie,
devant ce moment ou cette relation difficile ou lourde pour moi,
j'écoute intérieurement un mot qui vient du fond de moi : " courage ! "

Alors je me remplis de courage !
et je vais être moi-même un ferment de courage pour les autres,
car toutes les difficultés que je peux vivre
me relie aux autres qui vivent des difficultés analogues,
même s’ils n’en parlent pas.

Je me remplis de courage pour donner du courage aux autres.
Je ne me décourage pas pour ne pas décourager les autres.
Il y a des vases communicants entre nous ;
je le comprends et je me remplis du courage
que Dieu me donne à mon petit niveau
pour bien faire ce que j'ai à faire,
et aussi pour inviter au courage
tous ceux qui sont autour de moi et que je vais rencontrer.

Voilà un mot pour aujourd'hui : « courage ! »,
un mot pour une autre journée : « en avant ! »,
un mot pour autre autre journée : « tout est bien ! »,
un mot pour un autre jour : « vas-y ! »,
et le mot final qui va me donner encore plus de courage :
« je l’ai fait ! »
car je n’oublie jamais de regarder ce que j’ai fait, ce que j'ai réussi...

Citation : Le parler efficace - Père du désert

Abba Isaïe disait :

"Que ce ne soit pas ta langue qui parle,
mais tes œuvres ;
et que tes paroles soient plus humbles
que tes œuvres :.
Ne pense pas sans intelligence,
N'enseigne pas sans humilité,
Pour que la terre puisse recevoir sa semence."
_________________________


blogger