Citation : Culture et sagesse - Alfred Capus

L'homme sage est celui
qui écoute en souriant
les choses qu'il sait,
dites par quelqu'un
qui les ignore.
___________________


Texte : A bonne hauteur - Jean-Marie Bedez

Jusqu'ici pour trouver Dieu,
Il fallait lever les yeux vers le ciel
Ou les fermer en les tournant vers le dedans.
Et c’est vrai,
Foi des mages et des mystiques,
Qu’il écrit dans les étoiles et dans les cœurs...

Mais désormais on pourra regarder aussi
A hauteur d’homme.
Dieu marche sur nos chemins,
Habite nos maisons.
Il partage notre pain, nos amitiés, nos croix.

On le trouvera au plus bas,
En regardant à ras de terre, d’humus,
Vers l’humble, l’humilié,
En serrant dans nos bras de tendresse
Le tout petit.

Texte : L'éclaircie - Une bénévole

Eclaircie forestière
- Photo "Eclaircie Forestière de Chekobero" de Maonghe M." -

Une porte ouverte sur un peu de chaleur,
pour ceux qui restent au bord de la route,
en quête d'une parcelle de bonheur,
dans ce lieu d'accueil et d'écoute.

Un "rayon de soleil" pour ces blessés du cœur,
l'emblème lumineux pour ces gens solitaires
qui rêvent d'un monde meilleur
plus tolérant, plus solidaire.

Un lieu d'échange, de distractions,
pour oublier la grisaille quotidienne,
une pause-café-discussion,
dans une fraternité chrétienne.

Une étape vers les couleurs de l'espoir...
pour mobiliser les énergies
perdues au fil des années noires...
Pour redonner "goût à la vie".

Citation : Vie tranquille ? - Katherine Pancol

J'ai compris que le bonheur,
ce n'est pas de vivre une petite vie sans embrouilles,
sans faire d'erreurs ni bouger.
Le bonheur c'est d'accepter la lutte, l'effort, le doute,
et d'avancer, d'avancer
en franchissant chaque obstacle.
_____________________________


Citation : Mondialisation de l’indifférence – Pape François

La culture du bien-être,
qui nous amène à penser à nous-mêmes,
nous rend insensibles aux cris des autres,
nous fait vivre dans des bulles de savon,
qui sont belles, mais ne sont rien ;
elles sont l’illusion du futile, du provisoire,
illusion qui porte à l’indifférence envers les autres,
et même à la mondialisation de l’indifférence.
_____________________________


Citation : Essaie ! - Proverbe anglais


- Photo "Goeland argenté" de Julien Salmon - 

Tu ne sauras jamais
ce dont tu es capable
si tu n’essaies pas.
__________________


Texte : Vos enfants - Khalil Gibran

Vos enfants ne sont pas vos enfants.
Ils sont les fils et les filles de la Vie
qui a soif de vivre encore et encore.
Ils voient le jour à travers vous
mais non à partir de vous.
Et bien qu’ils soient avec vous,
ils ne sont pas à vous.

Vous pouvez leur donner votre amour
mais non point vos pensées
car ils ont leurs propres pensées.

Vous pouvez accueillir leurs corps
mais non leurs âmes.
car leurs âmes habitent la demeure de demain
que vous ne pouvez visitez même dans vos rêves.

Vous pouvez vous évertuez à leur ressembler,
mais ne tentez pas de les rendre semblables à vous
car la vie ne va pas en arrière,
ni ne s’attarde avec hier.

Vous êtes les arcs
par lesquels sont projetés vos enfants
comme des flèches vivantes.
L’Archer prend pour ligne de mire
le chemin de l’infini
et vous tend de toute Sa puissance
pour que Ses flèches s’élancent avec vélocité
et à perte de vue.

Et lorsque Sa main vous ploie,
que ce soit alors pour la plus grande joie.
Car de même qu’Il aime la flèche qui fend l’air,
Il aime l’arc qui ne tremble pas.

Citation : Le malheur des autres - Bernard Kouchner

Reconnaître le malheur des autres,
comprendre les processus d'exclusion,
ce n'est pas seulement accepter
de partager une émotion intime,
c'est aussi affirmer
que nous sommes tous responsables
devant cette humaine barbarie.
_______________________


Texte : Croyance et foi - Jean Claude Guillebaud

Le chrétien est une personne "reliée",
car la foi chrétienne passe par la relation
[relation à Dieu, aux autres chrétiens, 
et à tous les autres].

La croyance solitaire, autonome, nomade,
qu’invoque à tout propos
le discours sociologique contemporain,
n’existe pas.

Elle est un leurre de l’individualisme,
un piège vers lequel nous nous précipitons
chaque fois que nous revendiquons
cette souveraine autonomie du choix,
cette désinvolture de la préférence,
dans lesquelles nous croyons voir
deux grandes vertus modernes.

En réalité, cette croyance solitaire
et ce bricolage individuel de la croyance
débouchent le plus souvent
sur des engouements
sans profondeur ni maturité, […]
dans une effervescence baroque
ou un désarrimage incontrôlé.

Pour échapper à ses propres folies,
toute croyance réclame d’être passée
et repassée au tamis de la critique raisonnable,
de la libre discussion,
de la patiente purification,
autant de choses qui impliquent
une relation organisée et suivie dans le temps…

Texte : Expression de l'amour - Mère Teresa

Prendre soin de :
être attentif à l'autre,
sentir ses besoins :
le couvrir lorsqu'il a froid,
l'écouter lorsqu'il veut se dire,
lui prendre la main quand il est seul,
l'accueillir lorsqu'il se sent exclu,
s'asseoir à côté de lui,
l'accompagner un peu sur le chemin,
prier pour lui, ...

L'amour s'exprime d'abord par une présence :
il faut d'abord désirer être avec l'autre.
On ne pourra comprendre
ce dont les autres ont besoin
que si notre affection pour eux est vraie...
Etre là, c'est souvent
tout ce que nous avons à faire.
Etre là avec amour...

Prière : Qui prie ? – Guy Gilbert

L’athée qui admire un paysage, une fleur, un ciel…
Il contemple, la beauté l'interroge : il prie.

L’agnostique, qui croit et doute à la fois, prie lui aussi.
Qu'il le fasse seulement aux heures où tout est clair,
Le matin de préférence où tout paraît lumineux !
Il aura assez du soir
pour se poser des questions sur l'existence de Dieu.

Quant au croyant, comment peut-il ne pas prier ?

Comme l'oiseau vole, ou comme le poisson nage,
l'homme de tout temps prie à sa façon, à son moment.
Invincible cet élan qui porte vers l'invisible...
Recherche de toute une vie vers l'inconnu,
vers ce qui nous porte au-delà de nous-mêmes…

Les mystères du monde - Agnès Desarthe

Baby bentrup
- Photo "Baby bentrup" de Christina Rutz - 

Il est dit que le foetus, dans le corps de la mère,
connaît tous les mystères du monde.
Lorsqu'il naît, un ange lui pose un doigt sur la bouche.
Le visage de l'enfant en porte la trace,
c'est un léger sillon entre la lèvre supérieure et le nez.
Ce geste n'a pas pour seule vertu de faire taire le nourrisson,
il permet aussi au bébé de tout oublier.
Car, si l'on ne commence pas par oublier,
on ne peut rien apprendre.


Texte : Bombe ou charité ? - Raoul Follereau

- à propos de la bombe atomique dans les années quarante... (mais aussi peut-être aussi pour nos autres "bombes" d'aujourd'hui ?)

Au moins maintenant, c'est simple,
et il n'y a plus de place
pour ceux qui tergiversent ou temporisent...
Aujourd'hui, il faut choisir,
tout de suite et pour toujours.
Ou les hommes vont apprendre à s'aimer,
à se comprendre,
où l'homme enfin va vivre pour l'homme...
ou les hommes disparaîtrons tous,
et tous ensemble...

Pourtant tout cela se trouvait dans la création...
Dieu a permis que l'homme apprit à désagréger l'atome,
et l'a laissé libre d'en faire ce que lui conseillait son cœur.
Si l'homme le veut, c'est à son service
une source inépuisable d'énergie et de chaleur :
Bientôt, plus personne n'aura froid,
plus personne n'aura faim.

Mais si l'homme le veut aussi,
c'est la disparition de l'espèce humaine !

Sur l'arbre de la science du bien et du mal,
que va cueillir l'homme ?
La charité ou la bombe atomique ?
Voila la guerre qui commence.
Et c'est une lutte suprême
Car seule la Charité est capable d'anéantir
la bombe atomique dans le coeur de l'homme...
Chaîne de mort ou chaîne d'amour ?
Il faut choisir.
Et tout de suite.
Et pour toujours..

- La "Charité", ce n'est pas de l'argent.
C'est un acte d'amour,
c'est un don de soi qui vous élève
et paie votre effort ou votre renoncement
en allégresse. -

Texte : La musique - Honoré de Balzac

La musique moderne, qui veut une paix profonde,
est la langue des âmes tendres, amoureuses,
enclines à une noble exaltation intérieure.

Cette langue, mille fois plus riche que celle des mots,
est au langage ce que la pensée est à la parole :
elle réveille les sensations et les idées sous leur forme même,
là où chez nous naissent les idées et les sensations,
mais en les laissant ce qu'elles sont chez chacun.

Cette puissance sur notre intérieur
est une des grandeurs de la musique.
Les autres arts imposent à l'esprit des créations définies,
la musique est infinie dans les siennes.

Nous sommes obligés d'accepter les idées du poète,
le tableau du peintre, la statue du sculpteur ;
mais chacun de nous interprète la musique
au gré de sa douleur ou de sa joie,
de ses espérances ou de son désespoir.

Là où les autres arts cerclent nos pensées
en les fixant sur une chose déterminée,
la musique les déchaîne sur la nature entière
qu'elle a le pouvoir de nous exprimer.

Citation : Apprendre à vivre - Guillaume Musso

Seuls au monde... 2
- Photo "Seuls au monde" de Marie-Laure Seguin -

Apprendre à vivre,
c’est apprendre à être libre.
Et être libre,
c’est accepter
que les choses arrivent
telles qu’elles arrivent.
_____________________


Prière – Béatitude pour temps de chômage – Rafael Torija

Bienheureux ceux qui s’appauvrissent
pour investir et créer des emplois,
car ils accumulent des richesses dans le Royaume éternel.

Bienheureux ceux qui renoncent à cumuler les emplois
qui ne leur sont pas nécessaires pour vivre dignement,
car ils ont une place assurée dans le Royaume.

Bienheureux les fonctionnaires publics
qui travaillent comme s’ils s’occupaient de leurs propres affaires,
qui facilitent les démarchent
et étudient sérieusement les problèmes,
leur travail sera considéré comme sacré.

Bienheureux les ouvriers et les employés
qui préfèrent la création de postes de travail pour tous,
plutôt que d’accumuler des heures supplémentaires
et des primes pour eux -mêmes,
parce qu’ils savent où est leur vrai trésor.

Bienheureux les hommes politiques et syndicaux
qui s’attachent à trouver des solutions réalistes au chômage
par-dessus les stratégies et les intérêts partisans
parce qu’ils accélèrent la venue du Royaume.

Bienheureux serons-nous tous,
quand nous cesserons de dire :
« Si je ne tire pas profit de la situation, un autre le fera... »
quand nous cesserons de penser :
« Quel mal y a-t-il à frauder ? Tout le monde le fait ! »...
quand nous renoncerons à penser :
« Si la loi n’est pas violée, tout est permis »...
parce qu’alors la vie en société
sera une anticipation du bonheur du Royaume.

Citation : Juste temps - Gérald Jampolsky

En s'attachant au passé
ou en anticipant le futur,
on vit dans le monde
de l'imaginaire.
_______________________


Texte : Jeûner, pourquoi ? - Thierry Leroy

Nous avons de multiples besoins :
manger, boire, dormir, trouver du plaisir,
aimer, être aimé, cultiver la vie de famille, les amitiés,
s'instruire, gagner de quoi vivre, recevoir et donner.
Ces besoins et désirs sont légitimes
car ils nous permettent de devenir des humains,
chacun selon sa vocation.

Dieu ne nous demande pas de renoncer
à ce qui fait de nous des êtres humains,
il nous entraîne à orienter notre vie, à la rendre cohérente
et à l'ordonner pour gagner véritablement
plus que ce que nous voyons juste au bout de notre nez,
plus que ce que nos œillères nous laissent voir,
plus que notre vie et que le monde entier.

L'exercice du jeûne va servir ce "plus"
car il nous permet d'orienter notre vie selon notre bien.
Il sert à rassembler les forces contradictoires
qui sont en chacun de nous

Le jeûne taille, coupe, émonde
comme cela est nécessaire pour la vigne,
le rosier ou le pied de tomate :
on coupe ou l'on pince tous ces "gourmands"
qui pompent inutilement la sève.

Le jeûne n'est pas qu'une affaire de nourriture.
Bien choisi, il canalise nos forces vitales,
nous fait mieux profiter de la sève de l'Esprit Saint
et nous dispose à mieux orienter nos décisions et notre vie.

Alors, qu'est-ce qui est "gourmand" en énergie,
en temps, dans ma vie, et qui me disperse ?
Sur quoi peut porter mon entraînement au jeûne ?

Le jeûne est une croix, mais cette croix me portera.
Le jeûne sous diverses formes,
c'est déjà la joie qui rayonne à travers la difficulté,
comme le soleil pointe à travers les nuages d'un mois de mars.

Citation : Vivre - Maximilien de Robespierre

- Photo "abeille-a-t-il-conscience-d-etre" de Science et Avenir -

La première loi sociale
est donc celle qui garantit à tous
le droit d'exister.
Toutes les autres sont subordonnées à celle-là.
_______________________


Prière : Je ne crois pas – Dom Helder Camara

Je ne crois pas
au droit du plus fort,
au langage des armes,
à la puissance des puissants.
Je veux croire
aux droits des êtres humains,
à la main ouverte,
à la puissance des non-violents.
Je ne crois pas
à la race
ou à la richesse,
aux privilèges,
à l’ordre établi.
Je veux croire
que le monde entier est ma maison.

Je veux croire
que le droit est un,
ici et là,
et que je ne suis pas libre
tant qu’un seul être humain est esclave.
Je ne croirai pas
que la guerre et la faim soient inévitables
et la paix inaccessible.
Je veux croire à l’action modeste,
à l’amour aux mains nues
et à la paix sur Terre.

Je ne crois pas
que toute peine soit vaine.
Je ne croirai pas
que le rêve de l’être humain restera un rêve
et que la mort sera la fin.
Mais j’ose croire, toujours et malgré tout,
à l’être humain nouveau.
J’ose croire au rêve de Dieu même :
un ciel nouveau,
une Terre nouvelle
où la justice habitera.

Citation : De la peur - Khalil Gibran

Et qu'est-ce que la peur de la misère
sinon la misère elle-même ?
La crainte de la soif
devant votre puits qui déborde
n'est-elle pas déjà
une soif inextinguible ?
______________________


blogger