Citation : L'éducation - Pape Jean-Paul II

L'éducation est plus qu'un métier,
c'est une mission qui consiste
à aider chaque personne
à reconnaître ce qu'elle a
d'irremplaçable et d'unique,
afin qu'elle grandisse
et s'épanouisse.
__________________________


Texte : Développement ou bonheur ? - José Mujica

Nous ne pouvons pas continuer, indéfiniment,
à être gouvernés par les marchés ;
Nous devons gouverner les marchés. ...
Les anciens penseurs Épicure, Sénèque,
et même les Aymaras disaient :
"Celui qui est pauvre n'est pas celui qui possède peu,
mais celui qui a besoin de beaucoup
et qui désire toujours avoir davantage." ...

Mes compatriotes se sont battus pour obtenir
la journée de travail de huit heures.
Aujourd'hui, ils travaillent six heures.
Mais celui qui travaille six heures
doit cumuler deux boulots :
donc il travaille encore plus qu'avant.

Pourquoi ?
Parce qu'il a accumulé les crédits à rembourser :
la moto, la voiture... toujours plus de crédits.
Et quand il a fini de payer, c'est un vieillard
perclus de rhumatismes, comme moi,
et la vie est passé.
Je vous pose la question.
Est-ce que c'est cela, la vie ?

Nous touchons ici au cœur du problème
Le développement ne doit pas être opposé au bonheur,
il doit favoriser le bonheur des hommes,
il doit favoriser l'amour, les relations humaines,
permettre de s'occuper de ses enfants,
d'avoir des amis, d'avoir le nécessaire.
Parce que c'est précisément
la chose la plus précieuse.

Texte : La charité d'aujourd'hui - Jean Rodhain

Champfromier: incendie scierie Ducret
- Photo "Incendie Scierie" de Groupe Messager - 

La Charité d’aujourd’hui,
c’est la Justice Sociale de demain.
Vincent de Paul considère d’un regard neuf
l’enfant abandonné, le galérien, le réfugié.
Pour eux il fonde, il réglemente, il établit. ...
La Charité court « en avant ».

Au XVIIe siècle, un curé vosgien, Pierre Fourrier,
par charité pour ses pauvres paysans de Mattaincourt
invente la mutuelle-assurance incendie :
c’est le précurseur du régime des mutuelles …
La Charité regarde en avant
et travaille en avance sur son temps.

Texte : Toujours son enfant - Une maman

Tu seras toujours son enfant
Que tu sois petit ou grand
Tu es son sang et sa chair
Comme elle sera toujours ta mère

Tu es sa petite merveille
Sa source, son soleil
Et pour toi elle donnera sa vie
Pour t'éviter des ennuis

Avec toi elle partagera
Tout ce qu'elle aura
Tu seras toujours sa fierté
Même si un faux pas tu as fait

Elle t'excusera toujours
Parce que tu es le fruit de son amour
Tes fautes elle rejettera
Tes méfaits elle ne les croira pas

Elle voudra toujours ton bonheur
Elle lit dans tes yeux et ton cœur
C'est ça une vraie maman

Texte : Les "faiseux" et les "diseux" - Alexandre Jardin

[Une] raison très forte d'être optimiste :
Tous les gens qui sont des "faiseux"
et pas des "diseux"
multiplient, en ce moment, les initiatives
pour essayer de réparer, par le bas,
une société qu'on a du mal à réparer par le haut.
Des associations, des fondations, des entreprises
font émerger des projets au service de la nation.

Le collectif reste une passion française. ...
Lancé depuis six semaines, le site
http://bleublanczebre.fr/
créé pour fédérer les gens,
faire connaître les bonnes initiatives
fourmille d'idées géniales.
On ne s'attendait pas à être submergés à ce point.
La croissance, elle est là !
- Lu dans Ouest France -



Texte : La vie dans le bon sens - Entendu par un bénévole

Auto abandonado
- photo "Auto abandonado" de Luis Parravicini -

Un jour que je n'ai pas choisi, je reçois une voiture
en plus ou moins bon état,  mais c'est la mienne,
c'est "ma bagnole" et j'y tiens, quelle qu'elle soit...
Au moins, elle, personne ne l'a rejetée
avant que je m'en serve !

Quand le moment vient pour moi de prendre enfin ma route,
c'est plus facile si je connais le code de la route,
si j'ai appris avant à rouler avec,
par une pratique avec des conducteurs confirmés.
C'est mieux aussi si j'ai du carburant,
si j'ai veillé au bon entretien dans la durée,
vérifié tous les niveaux, les pneus, et le reste,
et si j'ai bien bouclé ma ceinture de sécurité.
Je dois me décider : ou rester, et stagner, ou partir...
Et, pour choisir d'aller à droite ou à gauche,
c'est préférable d'avoir choisi une destination
que je conserve bien en tête,
et d'avoir bien calé mon GPS ou ma carte routière.

Alors seulement j'ai une réelle chance d'arriver à bon port !
Pourtant, aujourd'hui, la tendance générale est plutôt le contraire :

Quand ça va mal pour moi, je suis tout étonné et tout désabusé...
Je suis perdu ? - la faute aux autres !
le code de la route ? - pour les ringards :
moi, je suis plus malin, je conduis "à l'instinct",
Les gendarmes ? - des harceleurs !
Le carburant ? - pourquoi travailler pour l'acheter ?
j'en "trouverai" bien assez chez un "gogo" généreux ou naïf...
(Oui, ça existe encore, Madame !)
Le check-up annuel ? - je n'ai vraiment pas le temps, ce sera pour plus tard.
Ma destination ? - je la change constamment...
D'ailleurs, en faut-il une, absolument ?
Moi, je tourne en rond, volontairement, c'est plus marrant !
L'itinéraire ? - c'est selon le moment et c'est comme j'ai envie,
ou comme on nous a dit, hier à la télé... ou ce qui fait le buzz sur internet...

Et un jour, je m'étonne d'être perdu, désemparé, abandonné,
ou violenté, ou blessé, cassé, handicapé ?
Est-ce la faute à Dieu ? au voisin ? à l'étranger ?
Si je commençais par rendre à César ce qui est à César
Et à Dieu ce qui est à Dieu ?
Si je ne mettais pas trop vite ma voiture,
ou les autres, ou le monde, ou l'avenir... "à la casse" ?

Pour moi, désormais,
c'est aujourd'hui que tout commence,
je me décide enfin  à prendre ma route dans le bon sens,
avec ma "bagnole" telle qu'elle est, mais dont je prends grand soin
pour qu'elle puisse me mener là où j'ai fermement et mûrement décidé.

Citation : Devenir vieux - Douglas Mac Arthur

On ne devient pas vieux
pour avoir vécu un certain nombre d’années,
on devient vieux
parce qu’on a déserté son idéal.
__________________


Cri de pauvre : Regarde-moi comme une chance - Jeanne Signard

Marc
- Photo "Marc" de Gino Carrier -

Regardes-moi comme une chance ! ...
Je ne te demande pas d’énumérer
des chances extérieures que j’ai
et que je ne vois pas.
Je te demande simplement de regarder
avec amour ma personne toute entière.
Alors, tout au fond de moi,
tu verras briller ma chance.
Elle est si petite, ma chance,
comme la « petite espérance »,
visible seulement au regard de l’amour.

Entends mon désir ?
Quand je te parle de mes difficultés,
de mes échecs, de mes révoltes,
de mes erreurs, de mes promesses non tenues,
entends-tu, tout au fond de moi
la voix discrète de mon désir ?
Mon désir de m’en sortir, d’être meilleur.
Mon désir c’est un peu moi aussi !
Mais il est si fragile, mon désir !
Il n’a pas encore fait ses preuves.
Pour qu’il grandisse, il a besoin
que tu le regardes comme une chance.

Fais-moi confiance ?
Je sais qu’en me faisant confiance
tu prends un risque.
Je n’ai aucune certitude,
aucune preuve que mon désir
deviendra un jour réalité.
Mais regarde-le comme ma chance.
Aujourd'hui ne me dis pas « il faut » ;
dis-moi simplement :
« je crois en toi, tu en es capable ».
Et demain, si mon désir a manqué de force,
ne me dis pas « tu me déçois »,
simplement redonne-moi une chance.
Alors, quoi qu’il arrive,
ma chance sera d’avoir été regardée par toi
comme une chance.

Comprends ce qui me tient à cœur ?
Ne cherche pas chez moi
ce qui est important pour toi.
Cherche plutôt ce qui est important pour moi,
car pour sauver ce qui pour moi est important,
je suis capable de soulever des montagnes
et même de devenir une chance pour les autres,
en les regardant à mon tour comme une chance.

Accueille-moi comme je suis.
Si tu veux donner sa chance au bon grain en moi,
accepte que dans mon champ
se glisse aussi un peu d’ivraie.
Si tu ne regardes que l’ivraie,
tu ne vois plus le bon grain qui attend
ton regard bienveillant pour germer,
grandir et porter du fruit.

Suis-je aussi une chance pour toi ?
Toi qui m’accueilles et m’écoutes,
toi ma compagne de tous les jours,
suis-je aussi une chance pour toi ?
Alors le bout de chemin
que sommes appelées à faire ensemble
est notre chance !
A saisir aujourd’hui !"

Citation : "Voici mon secret" - Antoine de Saint-Exupéry

Adieu, dit le renard.
Voici mon secret.
Il est très simple :
On ne voit bien qu'avec le cœur.
L'essentiel est invisible pour les yeux.
_______________


Texte : L'agenda de Dieu Philippe Perdrix

Les hommes sont fous, dit Dieu.
Ils veulent gagner toujours plus de temps.
Ils veulent posséder le temps.
Ils ne savent plus que dire :
« Ne gaspille pas ton temps ! »

Pauvres hommes qui n’ont pas compris
qu’on peut perdre son temps à vouloir le gagner.
Quand je les vois le pied sur l’accélérateur
et l’œil rivé au cadran de la montre,
je me dis, moi Dieu,
que le temps de vivre est en folie
car il est trop rempli
d’événements et d’énervements,
de bavardages et remue-ménage,
d’agitation et de précipitation.

Pauvres hommes passés trop vite
du cadran solaire au chronomètre !
Ils mesurent de mieux en mieux le temps,
mais ils n’en connaissent plus le mystère.

Alors j’ai réfléchi, dit Dieu,
je vais leur offrir un agenda,
mon agenda, dit Dieu, plein de rendez-vous importants :
chaque jour, un face-à-face avec moi…
quelques minutes d’éblouissement,
dans la grisaille du temps,
avec l’Éternel, celui qui a le temps.

Chaque jour, de longs moments
avec l’époux, les amis, les moins grands
car lorsque les parents courent,
les premiers à trinquer sont les enfants.
L’important du temps
ce n’est pas d’engranger toujours plus d’argent.

C’est décidé, dit Dieu,
pour cadeau, je vais leur offrir mon agenda
pour que, du plus grand au plus petit,
ils deviennent des « pressés – repentis »,
qu’ils découvrent enfin,
que seul le temps passé à aimer
est du temps bien gagné.


Citation : Recel - Saint Basile

Roggenbrot AOC / Pain-de-seigle AOC
Photo "Pain de seigle" de Valais Wallis - 

A l'affamé‚ appartient
le pain que tu gardes
A l'homme nu,
le manteau que recèlent tes coffres
Au va-nu-pieds,
la chaussure qui pourrit chez toi
Au miséreux,
l'argent que tu tiens enfoui.
__________________


Texte : Je marcherai - Jean Debruynne

Je marcherai sous le soleil trop lourd,
sous la pluie à verse ou dans la tornade.
En marchant, le soleil réchauffera mon cœur de pierre ;
la pluie fera de mes déserts un jardin.
A force d'user mes chaussures,
j'userai mes habitudes.

Je marcherai et ma marche sera démarche.
J'irais moins au bout de la route
qu'au bout de moi- même.
Je serai pèlerin.
Je ne partirai pas seulement en voyage.
Je deviendrai moi-même un voyage, un pèlerinage.

Vidéo 3 mn : Construire la diversité - Julia Kristeva



Intervention de Julia Kristeva lors du lancement de l'Année internationale du rapprochement des cultures (UNESCO, 18 février 2010).

Julia Kristeva, écrivain et psychanalyste française, est membre du Panel de haut niveau sur la paix et le dialogue entre les cultures.


Prière : On fait le ménage - Michel Wagner

Une fois par semaine au moins,
il est bon de faire le ménage chez soi.
Et avec la pollution, je ne vous dis pas !

Une fois par semaine, il serait bien
de faire le ménage en soi,
et sans doute plus, à cause des tentations.

Aujourd'hui, Seigneur,
c'est jour de ménage.
J'ouvre la fenêtre de ma vie.
Je jette tous mes encombrants.
Ces habitudes, ces conformismes,
ces vanités et ces inutilités,
ces tricheries et ces compromissions,
ces petits arrangements hors de ta vue.

Tout cela m'enchaîne,
me prend le temps que je pourrais
consacrer à vivre en liberté
et à aimer les prochains
que tu m'as donnés.

Oui, jour de pardon,
jour de liberté, temps de grâces.
La vie n'est pas si longue, après tout,
qu'il nous faille sans cesse
remettre à demain de commencer
ce que ton Evangile appelle
la vie éternelle.

Aujourd'hui, oui, aujourd'hui Seigneur,
j'inscris sur mon calendrier
que ma vie nouvelle a commencé !

La tendresse - Jean-Pierre Dubois-Dumée

La tendresse est présence
et disponibilité,
patience et délicatesse,
miséricorde et compassion.
Elle est pleine d'attentions
et d'interventions.

La tendresse trouve des mots
pour passer le mur du silence
pour ouvrir tous nos vieux huis clos,
nos bleus à l'âme et nos violences.

Elle remet tout en cause,
les habitudes,
les idées toutes faites,
les distances.

Qui donne la tendresse
donne le meilleur de lui-même.
Qui reçoit la tendresse
se sent reconnu.

La tendresse est la musique du cœur
et le soleil de Dieu.

Texte : S'il n'y avait... - Anonyme

S'il n'y avait qu'un soleil
pour irradier la pluie,
ça vaudrait encore la peine
de contempler l'arc-en-ciel.

S'il n'y avait qu'une étoile
au plus profond de la nuit,
ça vaudrait encore la peine
de croire à l'aube qui vient.

S'il n'y avait qu'une braise
dans la cendre qui s'éteint,
ça vaudrait encore la peine
de raviver le feu.

S'il n'y avait qu'un endroit
où saisir la main tendue,
ça vaudrait encore la peine
de le chercher sans relâche.

S'il n'y avait qu'un espoir
de se sortir du trou noir,
ça vaudrait encore la peine
de chasser le désespoir.

S'il n'y avait qu'une raison
de poursuivre son destin
ça vaudrait encore la peine
de miser sa vie sur elle.

S'il y a encore de l'Amour
à l'abri dans la mémoire,
alors ça vaut bien la peine
de le laisser naître au jour.

Citation : Optimisme fondamental - Nelson Mandela

Je suis fondamentalement optimiste.
Je ne saurais dire si c’est dans ma nature
ou si je l’ai cultivé.

Une partie de ce qui fait un optimiste,
c’est de garder la tête tournée vers le soleil
en mettant un pied devant l’autre.
___________________________


blogger