Texte : Sauvegarde des animaux ? - Théodore Monod

On souhaiterait ne plus voir
ressassée indéfiniment l’objection banale :
avant de secourir les animaux,
il faudrait songer aux hommes…

Comme s’il s’agissait,
parce que l’on veut mettre fin
à des massacres de baleines,
de jeunes phoques, de panthères
ou d’orangs-outans,
d’oublier la détresse des enfants,
les pauvres maisons
écrasées par les bombes
ou les cris des torturés…

Il ne s’agit pas de ceci ou de cela,
et l’on voudrait être bien certain
que les infatigables ressasseurs
de ce misérable et si commode argument,
s’ils refusent la pitié pour les bêtes
au nom d’une priorité,
se trouvent bien eux-mêmes
aux avant-postes
dans le combat pour l’homme.

Ce n’est pas évident.
Pour beaucoup d’entres eux,
ce n’est pas, on peut le craindre,
l’un ou l’autre mais bien :
ni l’un ni l’autre.

Citation : le monde - Gustave Thibon

Il est malaisé de composer avec le monde
sans se laisser décomposer par le monde.
___________________________


Texte : Ecoute dans le vent - Richard Anthony

Photo sélectionnée au festival "50 ans 50 regards" du parc national de Cros, pdt Yann Arthus Bertrand -Flamants Roses (6) preparation de l'atterissage - Phoenicopterus roseus
- Photo "Flamants Roses (6)" de Serguei_30 -

Combien de routes un garçon peut-il faire
Avant qu'un homme il ne soit ?
Combien l'oiseau doit-il franchir de mers
Avant de s'éloigner du froid ?
Combien de morts un canon peut-il faire
Avant que l'on oublie sa voix ?

Combien de fois doit-on lever les yeux
Avant que de voir le soleil ?
Combien d'oreilles faut-il aux malheureux
Avant d'écouter leurs pareils ?
Combien de pleurs faut-il A l'homme heureux
Avant que son cœur ne s'éveille ?

Combien d'années faudra-t-il à l'esclave
Avant d'avoir sa liberté ?
Combien de temps un soldat est-il brave
Avant de mourir oublié ?
Combien de mers franchira la colombe
Avant que nous vivions en paix ?

eh bien, mon ami, écoute dans le vent,
Écoute la réponse dans le vent.

Texte : Sauver les condors ? - Ian Mac Millan

Il faut sauver les condors,
non pas seulement parce que
nous avons besoin des condors,
mais parce que nous avons besoin
de développer les qualités humaines
nécessaires pour les sauver ;
car ce sont ces qualités-là
dont nous aurons besoin
pour nous sauver nous-mêmes.

Citation : Comme un oiseau fait son nid - Raoul Follereau

Le bonheur se construit
instant après instant,
comme un oiseau fait son nid
branche après branche.
_________________


Texte  : Au cœur de nos vies - Noémie Carton

Willstephe004
- Photo "Willstephe004" de Willstephe Vaho -

Quelle que soit la façon dont on lui parle,
le temps qu'on lui accorde,
les choses qu'on lui confie,
le principal est de ne pas oublier
de placer Dieu au cœur de nos vies.
Mais même si rien ni personne
ne nous oblige à nous adresser au Seigneur,
c'est à nous de construire une relation.

Quel ami pourrions-nous garder
sans jamais lui écrire, l'appeler, lui parler ?
Penser à lui ne suffirait pas non plus
à nourrir la relation sur la durée.
Parler avec Dieu n'est pas toujours évident,
mais se poser, prendre le temps,
se mettre en prière, devant une belle image,
un beau paysage, le remercier,
sont autant de petits pas
que nous pouvons faire au quotidien
et qui nous permettront par la suite
de devenir témoins de Dieu.

Texte : Héritages maternels - Auteur Philippin

Il était une fois deux femmes
Qui ne s’étaient jamais rencontrées.
L’une dont tu ne te souviens pas,
l’autre que tu appelles « maman »

Deux vies différentes
Dans l’accomplissement d’une seule, la tienne.
L’une fut ta bonne étoile,
L’autre est ton soleil.

La première te donna la vie,
La seconde t’apprit comment la vivre.
La première créa en toi le besoin d’amour,
La seconde fut là pour le combler.

L’une te donna tes racines,
L’autre t’offrit son nom.
La première te transmit ses dons,
La seconde te proposa un but.

L’une fit naître en toi l’émotion,
L’autre calma tes angoisses.
L’une reçu ton premier sourire,
L’autre sécha  tes larmes.

L’une t’offrit en adoption,
C’est tout ce qu’elle pouvait faire pour toi.
L’autre pria pour avoir un enfant,
Et Dieu la mena vers toi.

Et maintenant quand en pleurant
Tu me poses l’éternelle question,
Héritage naturel ou éducation,
De qui suis-je le fruit ?
Ni de l’un ni de l’autre mon enfant,
Tout simplement
de deux formes différentes de l’amour.

Texte : Distinguer le jour qui commence - Anonyme

Rabino - רַבִּי
- Photo "Rabino" de Sebastián Rebolledo -

Un vieux rabbin demandait à ses élèves :
"A quoi peut-on reconnaître le moment
où la nuit s’achève et où le jour commence ?"
Est-ce lorsqu'on peut distinguer de loin
un chien d’un mouton ?
- Non.
- Est-ce quand on peut distinguer
  un dattier d’un figuier ?
- Non.
- Mais alors quand est-ce donc ?"
  demandèrent les élèves.

Le rabbin répondit :
"C’est lorsque, en regardant
le visage de n’importe quel homme,
tu reconnais ton frère, ta sœur.
Jusque là, il fait encore nuit dans ton cœur."


Citation : Paroles du coeur - François de Sales

Il faut que nos paroles…
sortent du cœur
plus que de la bouche.
On a beau dire,
mais le cœur
parle au cœur,
et la langue
ne parle qu’aux oreilles.
________________________


Texte : La paix ne peut s’acheter - Pape François

La paix ne peut s’acheter :
elle est un don à recevoir avec patience
et à construire « artisanalement »
par des petits et des grands gestes
qui impliquent notre vie quotidienne.

Le chemin de la paix se consolide
si nous reconnaissons
que nous avons tous le même sang
et faisons partie du genre humain ;

si nous n’oublions pas
que nous avons un unique Père céleste
et que nous sommes tous ses enfants,
faits à son image et à sa ressemblance.

Citation : La voie juste - Anonyme

La voie juste se trouve entre
le relativisme qui est épouvantable
et le fondamentalisme qui est terrible.
__________________


Texte : Dieu, première victime du mal - Maurice Zundel

Querência, parte de mim
- Photo "Querência, parte de mim" de Eduardo Amorim -

Comment la joie peut-elle éclater
au sein de la tribulation
et pouvons-nous, aujourd'hui,
dans ce monde déchiré,
nous livrer à la joie,
l'hommage le plus essentiel de notre foi
en réponse à la tendresse de Dieu ?

C'est que derrière l'épreuve il y a l'Amour.
Que veut dire le signe de la Croix
sinon que Dieu meurt d'amour
pour ceux-là même qui refusent de l'aimer,
qu'au fond de toute réalité,
derrière toutes les catastrophes,
il y a l'Amour, et davantage,
que dans le mal, Dieu a mal.

La réponse chrétienne, c'est d'abord
de montrer que le mal est infini,
que, pour le comprendre,
il faut lui donner des dimensions proprement divines.
Le mal est finalement le mal de Dieu.
Mais si c'est Dieu qui a mal,
au cœur du mal, il y a donc cet Amour
qui ne cessera jamais de nous accompagner.
Davantage, il sera frappé
avant nous, en nous et pour nous.

Cela apparaît possible
dès que l'on se souvient de l'amour des mères.
Une mère en pleine santé
peut vivre la maladie de son enfant
plus douloureusement que lui-même,
en raison même de cette identification d'amour
dont son amour est capable.
Comment voulez-vous
que l'amour de Dieu soit moins maternel ?

C'est pourquoi aucun être n'est frappé
sans que Dieu le soit en lui, avant lui,
plus que lui et pour lui.
Mais si le mal a cette dimension,
alors il y a une blessure divine
qui ne cesse de solliciter notre générosité ».

Citation : Lumière du regard ? - Gustave Thibon

Ce n'est pas la lumière
qui manque à notre regard,
c'est notre regard
qui manque de lumière.
___________________


blogger