Citation : L'instant présent - Osho Rajneesh

En nous établissant dans l'instant présent,
nous pouvons voir toutes les beautés
et les merveilles qui nous entourent.
Nous pouvons être heureux simplement
en étant conscient de ce qui est sous nos yeux.
___________________


Texte : Apparences du bonheur - Jorge Bergoglio

À une époque où l’on est attiré
par tant d’apparences de bonheurs,
on risque de se contenter de peu,
ou d’avoir une idée de la vie “en miniature”.

Au contraire, aspirez à de grandes choses !
Élargissez vos cœurs ! ...
Nous ne devons jamais vivoter, mais vivre.
Si vraiment vous laissez émerger
les aspirations les plus profondes de votre cœur,
vous vous rendrez compte
qu’il y a une soif inextinguible de bonheur en vous,
et c’est cela qui vous permettra de distinguer
et de refuser les nombreuses offres “à bon prix”
que vous rencontrez autour de vous.

Quand nous recherchons le succès,
le plaisir, la possession égoïste
et que nous en faisons des idoles,
nous pouvons, certes, expérimenter des moments d’ivresse,
une fausse impression de satisfaction ;
mais à la fin nous devenons esclaves,
nous ne sommes jamais satisfaits,
nous sommes poussés à vouloir toujours plus.
Et c’est vraiment triste de voir une jeunesse “repue”, mais molle.

... Les jeunes qui choisissent le Christ sont forts,
ils se nourrissent de sa Parole
et ils ne “se goinfrent” pas d’autres choses !
Ayez le courage d’aller à contre-courant.
Ayez le courage du vrai bonheur !
Dites non à la culture du provisoire,
de la superficialité et du rejet,
qui ne vous estime pas capables
d’assumer des responsabilités
et d’affronter les grands défis de la vie !

Texte : Besoin d'enracinement - Simone Weil

L'enracinement reste peut-être
le besoin le plus important de l'âme humaine.
Un être humain a une racine
par sa participation réelle, active et naturelle
à l'existence d'une collectivité
qui conserve vivants certains trésors du passé
et certains pressentiments d'avenir.

Participation naturelle,
c'est-à-dire amenée automatiquement par le lieu,
la naissance, la profession, l'entourage.
Chaque être humain a besoin
d'avoir de multiples racines.
Il a besoin de recevoir la presque totalité
de sa vie morale, intellectuelle, spirituelle
par l'intermédiaire des milieux
dont il fait naturellement partie.


Citation : Vivre et Être - Henry Miller

Vivre, il n'y a là aucun bonheur.
Vivre : porter de par le monde
son moi douloureux.

Mais être, être est bonheur.
Être : se transformer en fontaine,
vasque de pierre dans laquelle l'univers
descend comme une pluie tiède
_________________________


Texte : Intolérance... - Jean Debruynne

- Photo "17.Basset hound et shar-pei" de dailygeekshow -

Ils n'aimaient pas les rouges
ils n'aimaient pas les Noirs
ni les gens quand ils bougent
ni les gens du manoir.

Ils n'aimaient pas les Jaunes
Ils n'aimaient pas les Juifs
Ils n'aimaient pas la faune
de Barbès ou de Villejuif.

Ils n'aimaient pas les Yougoslaves
les Arabes et les chômeurs
les clochards et les épaves
les drogués et les fumeurs.

Ils n'aimaient pas ce qui dérange
l'imprévu de l'actualité
ni l'étranger, ni l'étrange
ils n'aimaient pas la liberté.

Ils n'aimaient pas tout ce tapage
ils n'aimaient pas les immigrés
les jeunes avec leurs langages
les panthères et les rockers tigrés.

Ils n'aimaient pas les peaux d'épice
des Antillais ou Algériens.
Ils n'aimaient pas rendre service
mais ils savaient aimer leurs chiens...

Citation : Vous avez dit Propriété ? - Olivier Artus

Nul n’est propriétaire ultime
d’un quelconque bien dans la création.
La notion de propriété
est subordonnée à celle de don,
au fait que nous avons reçu
la terre où nous vivons.
Cette affirmation tient,
que l’on soit croyant ou non.
____________________


Texte : Une réponse à la violence - Jorge Bergoglio

Aujourd’hui et ici, nous venons tous
de différentes parties du monde,
et devant tant de victimes de la guerre,
nous devons comprendre une fois pour toutes
que rien ne justifie le sang d’un frère,
que rien n’est plus précieux
que la personne que nous avons à côté. …

À présent, nous,
nous ne nous mettrons pas à crier contre quelqu’un,
nous ne nous mettrons pas à nous quereller,
nous ne voulons pas détruire.
Nous, nous ne voulons pas vaincre la haine
par davantage de haine,
vaincre la violence par davantage de violence,
vaincre la terreur par davantage de terreur.

Notre réponse à ce monde en guerre a un nom :
elle s’appelle fraternité, elle s’appelle lien fraternel,
elle s’appelle communion, elle s’appelle famille.
Nous célébrons le fait de venir de diverses cultures
et nous nous unissons pour prier.
Que notre meilleure parole, notre meilleur discours
soit de nous unir en prière.

Citation : La passion, un moteur - Gustave Thibon



Il ne faut pas lutter contre les passions en tant que moteur,
il faut simplement leur ôter le gouvernail.
_________________________


Texte : Le déclic pour une course de 365 jours – d’après Jean Rodhain

Le coureur, jarret tendu sur la ligne de départ, attend le signal du starter…
Dans chaque quartier ou village de France, un déclic se déclenche chaque année pour provoquer un nouvel élan. Il s’agit d’une piste de 365 jours : c’est le chronométrage du pain partagé, bien plus compliqué que toutes les courses de relais... 

Ce déclic me concerne, parfois ! Chaque fois que j’ouvre mon placard, je pense bien que je ne mettrai plus ce manteau d’hiver, qu’il serait plus utile au vestiaire du quartier avant les grands froids. Et si, pour une fois, je me décidais à porter ce manteau jusqu’au vestiaire ? Non pas « demain », mais dès ce soir. Déclic. C’est fait.

En famille, avec les enfants on avait décidé à Pâques de verser 1 % pour le tiers-monde. Depuis les vacances on a oublié. Déjà trois fois Pierrette a rappelé : « Papa, as-tu envoyé le C.C.P. des Micro-réalisations ? ». C’est curieux comme on retarde inconsciemment les choses. Alors, ce soir, déclic, le carnet de chèques, on signe, on poste. C’est fait.

Ahmed balaie le trottoir devant ma porte depuis longtemps. C’est son travail d’employé municipal. Je l’ai croisé cent fois déjà en partant au bureau le matin. Hier soir, par hasard, l’assistante sociale m’a appris l’accident de sa fille aînée, survenu en Kabylie. Je découvre qu’Ahmed avait donc une famille et que c’est pour la faire subsister qu’il vit dans un dortoir du XIX°. Déclic. Je découvre une situation à laquelle le n’avais jamais songé. L’adjectif « migrant » prend tout à coup pour moi un autre aspect...

J’avais invité mon neveu pour le week-end. Il s’excuse. Il est pris par sa permanence. Quelle permanence ? Un samedi, par mois il visite les handicapés de l’hôpital. C’est un bénévole. Je l’ignorais. Cela m’étonne de sa part. Il paraît qu’il est « engagé » depuis cinq ans déjà. Je n’aurais jamais cru cela de lui : il a toujours l’air de plaisanter. Je m’interroge à mon tour sur l’emploi de mes temps libres... Déclic ?

Tout ce que déclenchent ces déclics... La longue piste des 365 jours est jalonnée de très nombreuses échéances qu’on a tendance à oublier si vite... 

Texte : Dignité humaine – Mère Teresa de Calcutta

Le pauvre n'a pas faim seulement de pain,
il a aussi terriblement faim de dignité humaine.
Nous avons besoin d'amour
et besoin d'exister pour quelqu'un d'autre.

C'est là que nous commettons une erreur :
lorsque nous repoussons les gens sur le bas-côté.
Non seulement nous avons refusé aux pauvres
un morceau de pain mais,
en les considérant comme rien,
en les abandonnant à la rue,
nous leur refusons cette dignité qui est la leur,
de plein droit, en tant qu'enfants de Dieu.

Le monde, aujourd'hui, est affamé
non seulement de pain, mais d'amour ;
il a faim d'être désiré, d'être aimé.
Les gens ont faim de sentir la présence du Christ.

Dans beaucoup de pays,
on dispose de tout en abondance,
sauf de cette présence,
de cette bienveillance.


Citation : Un jour... - Pierre Teilhard de Chardin


- Photo "Ciel de feu" de Wikimedia Commons

Un jour, quand nous aurons maîtrisé
les vents, les vagues,
les marées et la pesanteur,
nous exploiterons l'énergie de l'amour.

Alors, pour la seconde fois
dans l'histoire du monde,
l'homme aura découvert le feu.
___________________



Cri de pauvre : "Non-vie du réfugié" - Marwan

Je ne comprends pas ma vie
Je ne comprends pas comment je vis
Je vis pour rien
Je ne comprends pas ce que je fais
Je ne peux pas
Etudier, travailler, penser et vivre
Avoir une vie normale comme les autres
Qui me regardent
Qui me regardent perdre ma vie
Une vie difficile à  vivre.

Vous ne comprenez pas ce qu’est la vie des réfugiés ?
Qui meurent lentement sans rien
Qui vivent dans la peur
La vie de réfugié
Qui ne peut pas dormir
Qui ne peut pas parler
Qui ne peut pas rêver
Qui ne peut pas penser à bien vivre
Car toutes les choses se ferment devant moi
Ce mot de réfugié est avec moi dans tous les lieux
Mon numéro est 5,3 millions de réfugiés

Il n’y a pas de sourire sur le visage des enfants qui sont réfugiés
Je suis devenu réfugié dans mon pays, en dehors, en son centre
Qui a fait de moi un réfugié?
C’est un pays qui construit les colonies
C’est un pays qui pratique la torture
C’est un pays qui emprisonne les Palestiniens
C’est un pays qui s’appelle Israël et qui s’appelait autrefois : Palestine.

Mais désormais cette Palestine s’appelle Gaza et la Cisjordanie
Je demande à la communauté internationale
Si je peux retourner en Palestine,
Elle me répond que j’en ai le droit
Israël interdit pourtant aux réfugiés de revenir dans leur pays.
J’ai bien essayé de fuir le mot réfugié
Mais en même temps je fuis ma nationalité
Combien de temps vais-je rester encore réfugié, combien ???


Citation : Faire ou être - Maître Eckhart

Les gens ne devraient pas toujours
tant réfléchir à ce qu'ils doivent faire,
ils devraient plutôt penser
à ce qu'ils doivent être.
S'ils étaient seulement bons
et conformes à leur nature,
leurs œuvres pourraient briller
d'une vive clarté.
____________________


Video 3mn : Nos absents - Grand Corps Malade


- Vidéo Youtube de "Grand Corps Malade" - Les absents - 

C'est pas vraiment des fantômes,
mais leur absence est tellement forte,
qu'elle crée en nous une présence
qui nous rend faible, nous supporte.

C'est ceux qu'on a aimé
qui créaient un vide presque tangible
car l'amour qu'on leur donnait
est orphelin, il cherche une cible.

Pour certains on le savait,
on s'était préparé au pire,
mais d'autres ont disparu
d'un seul coup, sans prévenir.
...





Prière : Aux saints inconnus - Henri Gaudin

Tous les saints et les saintes inconnus,
qu'on ne fête qu'à la Toussaint.
Tous les saints martyrs d'autrefois,
tous les saints martyrs d'aujourd'hui,
en tout endroit du monde.

Tous les saints qui êtes au ciel
pour avoir fait simplement,
mais de tout votre coeur, votre labeur.
Tous les saints et saintes
morts au champ d'honneur du travail.

Tous les saints et saintes qui êtes au ciel
pour vous être aimés de tout coeur dans le mariage,
et pour avoir élevé une famille.
Toutes les saintes femmes qui êtes au ciel
pour avoir fait simplement,
mais de tout votre coeur, votre ménage.

Tous les saints qui êtes au ciel
pour avoir donné sans compter.
Tous les saints qui êtes au ciel
pour avoir évité de vous faire remarquer,
et êtes restés simplement à votre place.

Tous les saints et saintes méconnus,
Qu'on a méprisés ou accusés.
Tous les saints et saintes qui vous êtes ignorés.
Tous les saints et saintes que nous avons connus
et qui ont vécu parmi nous.

Tous les saints qui savez les efforts qu'il faut faire
pour sortir de l'ornière.
Tous les saints qui n'avez fait dans votre vie
rien d'extraordinaire,
mais qui avez mis dans chaque action tellement d'amour,
Priez avec nous.


blogger