Prière : La prière de l'âne - Anonyme

Donne-nous, Seigneur, de garder les pieds sur terre,
et les oreilles dressées vers le ciel
pour ne rien perdre de ta parole.

Donne-nous, Seigneur, un dos courageux,
pour supporter les hommes les plus insupportables.

Donne-nous, Seigneur, d’avancer tout droit,
en méprisant les caresses flatteuses
autant que les coups de bâton.

Donne-nous, Seigneur, d’être sourds aux injures,
à l’ingratitude,
c’est la seule surdité que nous ambitionnons.

Ne nous donne pas d’éviter toutes les sottises,
car un âne fera toujours des âneries.

Donne-nous simplement, Seigneur,
de ne pas désespérer de ta miséricorde si gratuite
pour ces ânes si disgracieux que nous sommes,
à ce que disent les pauvres humains.

Lesquels n’ont rien compris ni aux ânes ni à Toi,
qui as fui en Égypte avec un de nos frères
et qui as fait ton entrée prophétique à Jérusalem
sur le dos d’un des nôtres.

Amen.

Texte : L'étrangère - Anonyme

Quelques années avant ma naissance, mon père connut une étrangère récemment arrivée dans notre village. Depuis le début, mon père fut subjugué par cette personne, si bien que nous en arrivâmes à l'inviter à demeurer chez nous. L'étrangère accepta et depuis lors elle fit partie de la famille.

Moi je grandissais, je n'ai jamais demandé d'où elle venait, tout me paraissait évident. Mes parents étaient enseignants : ma maman m'apprit ce qu'était le bien et ce qu'était le mal et mon père m'apprit l'obéissance. Mais l'étrangère c'était une conteuse, une enjôleuse. Elle nous maintenait, pendant des heures, fascinés par ses histoires mystérieuses ou rigolotes.

Elle avait la réponse à tout ce qui concernait la politique, l'histoire ou les sciences. Elle connaissait tout du passé, du présent, elle aurait presque pu parler du futur ! Elle fit même assister ma famille à une partie de football pour la première fois. Elle me faisait rire et elle me faisait pleurer.

 L'étrangère n'arrêtait jamais de parler, ça ne dérangeait pas ma Maman. Parfois maman se levait, sans prévenir, pendant que nous continuions à boire ses paroles. Je pense qu'en réalité, elle était partie à la cuisine pour avoir un peu de tranquillité (Maintenant je me demande si elle n'espérait pas avec impatience qu'elle s'en aille).

Mon père avait ses convictions morales, mais l'étrangère ne semblait pas en être concernée. Les blasphèmes, les mauvaises paroles, par exemple, personne chez nous, ni voisins, ni amis, ne s'en seraient permis. Ce n'était pas le cas de l'étrangère qui se permettait tout, offusquant mon père et faisant rougir ma maman.

Mon père nous avait totalement interdit l'alcool. Elle, l'étrangère, nous incitait à en boire souvent. Elle nous affirmait que les cigarettes étaient fraîches et inoffensives, et que pipes et cigares faisaient distingué. Elle parlait librement (peut-être trop) du sexe. Ses commentaires étaient évidents, suggestifs, et souvent dévergondés.

Maintenant je sais que mes relations ont été grandement influencées par cette étrangère pendant mon adolescence. Nous la critiquions, elle ne faisait aucun cas de la valeur de mes parents, et malgré cela, elle était toujours là !

Cinquante ans sont passés depuis notre départ du foyer paternel. Et depuis lors beaucoup de choses ont changé : nous n'avons plus cette fascination. Il n'empêche que, si vous pouviez pénétrer chez mes parents, vous la retrouveriez quand même dans un coin, attendant que quelqu'un vienne écouter ses parlotes ou lui consacrer son temps libre…

Voulez-vous connaître son nom ? Nous, nous l'appelons… Télévision...     Mais attention, ùaintenant, elle a un époux qui s'appelle Ordinateur, un fils qui s'appelle Portable,. une fille qui s'appelle Tablette, et un neveu pire que tous : lui c'est Smartphone ! Et ils se lient tous ensemble pour nous éloigner les uns des autres !!!

Citation : Faire de grandes choses - Montesquieu

Pour faire de grandes choses,
il ne faut pas être un si grand génie ;
il ne faut pas être au-dessus des hommes,
il faut être avec eux.
________________________


Texte : Pouvoir encore rêver - Carla Pizzera

- Photo "Fleur de papillons" par Alsagarden - 

Pouvoir encore rêver, quand les jours sont trop sombres,
De joyeux papillons, de fleurs et de clarté !
Oublier les rancœurs, les chagrins et les ombres,
 Ne songer qu'à l'éclat d'un beau matin d'été!

Pouvoir encore prier quand le cœur en déroute,
A force de souffrir, semble prêt d'éclater,
Et quand on a trouvé tout le long de la route
Des peines et des deuils à porter !

Pouvoir encore aimer, malgré l'ingratitude,
L'égoïsme et l'oubli, sans penser blâmer.
Aimer de tout son cœur, avec béatitude.
Sans en rien espérer, simplement pour aimer !

Citation : Aimer - Arouna Lipschitz


Aimer, c'est prendre le risque de l'échec
parce qu'il vaut mieux avoir souffert d'amour
que n'avoir jamais aimé.
_______________________________


Prière : Sauvegarde de la Création - Jorge Bergoglio

Dieu Tout-Puissant qui es présent dans tout l’univers
et dans la plus petite de tes créatures,
Toi qui entoures de ta tendresse tout ce qui existe,
répands sur nous la force de ton amour
pour que nous protégions la vie et la beauté.
Inonde-nous de paix,
pour que nous vivions comme frères et sœurs
sans causer de dommages à personne.

Ô Dieu des pauvres,
aide-nous à secourir les abandonnés
et les oubliés de cette terre qui valent tant à tes yeux.
Guéris nos vies,
pour que nous soyons des protecteurs du monde
et non des prédateurs,
pour que nous semions la beauté
et non la pollution ni la destruction.
Touche les cœurs de ceux qui cherchent seulement des profits
aux dépens de la terre et des pauvres.

Apprends-nous à découvrir la valeur de chaque chose,
à contempler, émerveillés,
à reconnaître que nous sommes profondément unis
à toutes les créatures sur notre chemin vers ta lumière infinie.

Merci parce que tu es avec nous tous les jours.
Soutiens-nous, nous t’en prions,
dans notre lutte pour la justice, l’amour et la paix.
Amen


Citation : La peur - Jocelyn Dorvault

La peur fait beaucoup plus de bruit
que la tempête et que la mer.
La peur est un bruit qui ne se raisonne pas,
 et qui résonne à l’infini.
Elle est un bruit qui se nourrit de tous les autres
pour les amplifier, les démultiplier
et finir par les couvrir tout à fait. ...

Lorsque nous avons peur,
Dieu nous entend.
Mais le problème de la peur,
c’est qu’elle nous empêche d’entendre,
à notre tour, le doux son de l’espérance,
la douce voix de la foi.

Quand la peur fait du bruit,
nous perdons tout contrôle,
elle occupe tout l’espace
et nous rend sourds à tout le reste.
Alors nous sommes submergés par son brouhaha. ...

Lorsque la peur crie trop fort en nous,
il nous faut hausser le ton et oser l’affronter :
"Silence !"

Citation : La mélancolie - Christian Bobin

La mélancolie est la maladie de celui qui,
dépité de n'être pas tout,
choisit, par un revers enfantin de l'orgueil,
de n'être rien,
ne gardant du monde que ce qui lui ressemble :
le morne et le pluvieux.
________________________

Texte : Changer le regard - Robert Riber


Regarder, c’est plus que voir. Dans le mot regarder, il y a le mot garder.
On garde une image de quelqu’un ; on garde le souvenir de quelqu’un.

Regarder, c’est mettre tout son être en action.
C’est se mettre à l’affût de l’autre, l’attendre, le guetter, le surprendre.
C’est lui donner toutes ses chances.
Un regard d’amour, c’est fou ce que ça peut changer une vie.
Un regard de haine, c’est fou aussi ce que ça peut détruire.

Un regard, c’est plus qu’une parole, plus qu’un discours.
Il est des regards qui vous éveillent. D’autres au contraire qui vous glacent.
Certains, quand ils vous regardent, vous ne savez plus où vous mettre,
ce ne sont pas des regards qui vous font vivre.

Il est aussi des regards distraits qui vous effleurent à peine,
qui vous voient sans vous regarder.

Mais il en est d’autres qui vous font naître, qui vous font être.
Ces regards-là ne vous jugent pas, ne vous possèdent pas.
Ils ont dans les prunelles comme des éclairs malicieux.
Ils vous disent, complices : « Mais vas-y, vas-y donc, n’aie pas peur ! »
Ces regards vous aident à être vous–même et plus que vous–même.
Ils vous aident à vous risquer au-delà de vous,
un peu comme le Regard de Dieu, un Dieu qui aime, un Dieu qui pardonne.

Notre regard devient alors à son tour, regard de bonté, de tendresse,
de pardon, après une bêtise ou un mot malheureux, un coup de gueule.
Et nous voilà réconciliés avec nous-mêmes, en paix avec les autres,
transformés à cause de l’autre.


Texte : Quand la souffrance est là - François Varillon

Bien des fois, aux heures épaisses
où tout est de plomb au-dehors comme au-dedans,
quand la grossièreté des choses
ou la lassitude de l'esprit interdit toute musique,
j'ai demandé à saint Paul de murmurer près de mon oreille
la phrase inouïe qu'il écrivait aux Romains :
"J'estime que les souffrances du temps
sont sans proportion avec la gloire à venir
qui sera manfestée en nous".  (Rm 8, 18)

Et j'ai prié aussi Jésus de confirmer
pour mes contemporains crispés
la promesse faite aux apôtres :
"Votre cœur se réjouira,
et nul ne vous ravira votre joie" (Jn 16, 22).

Citation : Normal ou unique ? - Jean Vanier

Dans notre société,
 tout le monde a besoin de prouver qu'il est normal,
qu'il est comme les autres.
Alors on renie son cœur qui est unique.
______________________

Texte : Auto-éducation - Bernard Mounios

- Photo "Les monts du Cantal" de Florent Courty -

La façon dont nous nous conduisons
envers les autres nous construit :

Si je respecte les autres,
je construis en moi du respect
et je peux donc me respecter.

Si je suis violent avec les autres,
je construis en moi une violence,
une rancœur, une brutalité,
et je deviens un homme brutal
et fermé sur moi-même.

Mais si je traite les autres en êtres humains,
je construis en moi-même ma propre humanité.

Citation : Protéger un être - Martin Gray

Protéger un être,
ce n’est jamais lui masquer les risques de l’existence.
Protéger quelqu’un,
c’est d’abord lui apprendre à voir,
lui montrer le danger en lui, autour de lui.
C’est le rendre capable de l’affronter
et de le vaincre.
__________________________________

Texte : Foi et raison - Joseph Ratzinger

Jamais Dieu ne demande à l'homme
de faire le sacrifice de sa raison !
Jamais la raison n'entre
en contradiction réelle avec la foi !

Dieu a créé notre raison et nous donne la foi,
en proposant à notre liberté
de la recevoir comme un don précieux.

C'est le culte des idoles
qui détourne l'homme de cette perspective,
et la raison elle-même peut se forger des idoles.


Texte : Accepter la situation - Jean Klein

Great Ouse
- "Great Ouse" de Rob Felton -   Accepter aussi l'hiver...

En acceptant une situation
nous sommes complètement libres. 
Accepter se manifeste dans notre être.
En acceptant une situation, 
nous acceptons la situation dans notre totalité. 
Accepter ne relève pas de la pensée, 
je dirais que c’est au-delà de la pensée, 
parce que la pensée ne peut jamais accepter.
En acceptant, 
ce n’est pas sur la situation que nous mettons l’accent, 
c’est sur l’acceptation elle même. 


Citation : Indifférence - Albert Einstein


- Photo de "Soleil Couchant" -

Le monde est dangereux à vivre !
Non pas tant à cause de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire.
_______________________


Texte - Mais pour quoi faire ? - Anonyme

Un homme d'affaires occidental se trouve en vacances en Inde.
Sur la grève, il voit un pêcheur qui revient avec un poisson.
Il admire sa prise et lui dit :
- C'est le bonheur ! Tu retournes en chercher ?
  Bon, je vais avec toi.
  Il faut que tu m'expliques comment tu pêches...
- Retourner en chercher, mais pour quoi faire ?
  demande le pêcheur.
- Mais parce que tu en auras davantage,
  répond l'homme d'affaires !
- Mais pour quoi faire ?
- Parce que, lorsque tu l'auras vendu, tu auras beaucoup d'argent.
- Mais pour quoi faire ?
- Parce que tu pourras t'acheter un petit bateau !
- Mais pour quoi faire ?
- Hé bien ! Tu pourras embaucher des ouvriers.
- Mais pour quoi faire ?
- Ils travailleront pour toi.
- Mais pour quoi faire ?
- Ainsi, tu pourras te reposer...
- Le pêcheur lui dit alors :
- Mais c'est ce que je voulais aller faire quand tu m'as parlé !


Citation : Le pire et le meilleur - Maurice Bellet

Puisque, dit le proverbe,
Le pire n’est pas toujours sûr,
On doit penser que le meilleur
Est toujours possible.
_____________________

Citation : Persévérance - Proverbe chinois

Celui qui a déplacé la montagne,
c'est celui qui a commencé
par enlever les petites pierres.
__________________________


Texte : Bien communiquer - Anselm Grün

La discussion ne doit pas seulement
nous éclairer sur ce que nous voyons,
mais nous mener vers ce que nous ne voyons pas,
vers ce qui nous touche, nous émeut
et nous porte tout au fond de nous,
vers ce qui nous fait vivre. ...

Quand un malentendu s'élève dans une discussion,
nous reprochons généralement à l'autre
de nous avoir mal compris.
Nous reprenons nos explications. ...
Or regardons les de plus près,
pour s'y arrêter afin d'accéder par là même
à une autre dimension de la pensée.

Dans la discussion, il ne s'agit pas d'échanger des vérités,
mais de faire advenir la vérité,
de permettre aux paroles prononcées
de "dévoiler" quelque chose,
d'amener au jour ce qui est.

L'objectif est de communiquer, d'essayer de comprendre
ce que l'autre formule dans son langage,
d'avoir accès à l'expérience cachée derrière les mots. ...
Il ne s'agit donc pas d'avoir raison,
mais de communiquer sur ce qu'il y a derrière les expériences. ...

Nous avons un certain horizon,
à partir duquel nous voyons le monde.
Notre interlocuteur en a un autre.
Nous ne discutons pas pour savoir
lequel de ces horizons est juste,
il s'agit plutôt de les faire fusionner.
Car notre horizon est toujours limité.
Lorsque les horizons fusionnent,
alors peut aussi s'exprimer ce qui nous est commun.

- "L'art du silence" -

Citation : La vraie fraternité - Adrien Candiard



Le monde irait mieux
si nous avions moins de pères.
Le monde irait mieux
si nous n’avions que des frères.
_____________________________

Texte : L'homme et le cosmos - Eloi Leclerc

Il est très difficile de prétendre
à une réconciliation entre les hommes
tant que l'on s'oppose à la création.
Car l'homme, fragment du cosmos est,
comme tel, dominé par des "forces de vie"
(la libido, l'agressivité)
qui demandent à être apprivoisées,
sinon elles peuvent basculer en "forces de mort".
Tout dépend de leur orientation
et de la manière dont elles sont assumées.

Comme le dit Maurice Zundel :
"Si l'homme a ses racines charnelles dans le cosmos,
le cosmos, lui, a ses racines spirituelles dans le cœur de l'homme".
C'est à l'homme de spiritualiser toutes ces forces.
Là, réside sa grandeur.
Sinon, il vit au ras de la nature et reste mené par elle.
D'où les atrocités, les crimes.

Or le propre de l'homme n'est pas de refouler ces forces,
mais de leur donner une orientation
vers le Bien, vers l'Esprit, vers le Beau.
C'est là, dans le cœur de l'homme,
que le cosmos trouve ses racines spirituelles.


Citation : Ce qui est juste – Anonyme

Fais ce qui est juste.
Retiens les leçons de l'arche de Noé :
nous sommes tous sur le même bateau !
N'écoute pas les critiques,
fais juste ce qui te semble juste
et rappelle toi :
l'Arche a été construite par des amateurs,
le Titanic par des pro...
______________________________

Texte : Risque ton cri - Robert Riber


- "Dépasser ses peurs" du site "Asses Manager" -

Si tu as un mot à dire
Quand ton frère est attaqué,
ne dis pas :
je n'ai pas le don de la parole,
je suis trop timide,
j'ai peur de parler en public.

Les prophètes ont risqué leur peau,
toi, tu peux bien risquer ta parole.

Si tu as une parole à dire
quand ton frère est accusé
indignement, injustement,
quand tout le monde se tait
parce qu'on a peur de prendre parti,
de prendre position,
parce qu'on a peur de se mouiller.

Les prophètes ont risqué leur vie
Toi tu peux bien risquer ta tranquillité.

Si tu as un cri à pousser
quand l'injustice est criante,
ne dis pas : si je parle,
je vais perdre ma place, ma situation
j'ai une femme, des enfants.

Les prophètes ont risqué leur tête.
Toi tu peux bien risquer ton cri.


Texte : Les scories sagesse - Shenouka III


Comment faites-vous avec les scories quotidiennes
que sont toutes ces petites agressions provoquent :
Impatiences, agacements, énervements, colères...
Si vous les mettez dans un verre d'eau,
celui-ci sera pollué.
Si vous les mettez dans un océan,
elles seront vite oubliées.
Avez-vous le cœur comme un verre d'eau
ou comme un océan ?


Citation : Demander pardon – Claire Moncelon


Demander pardon,
c'est accueillir au fond de son cœur
le besoin vital d'exister pour un autre.
____________________________


Cri de pauvre : L'homme qui te ressemble - René Philombe



- "Réfugié climatique et réfugié de guerre" de Formiche -

Ouvre-moi mon frère !
J'ai frappé à ton cœur
Pour avoir un bon lit
Pour avoir un bon feu
Pourquoi me repousser ?
Ouvre-moi mon frère !

Pourquoi me demander
Si je suis d'Afrique
Si je suis d'Amérique
Si je suis d'Asie
Si je suis d'Europe ?
Ouvre-moi mon frère !

Pourquoi me demander
La longueur de mon nez
L'épaisseur de ma bouche
La couleur de ma peau
Et le nom de mes dieux ?
Ouvre-moi mon frère !

Je ne suis pas un Noir
Je ne suis pas un Rouge
Je ne suis pas un Jaune
Je ne suis pas un Blanc
Je ne suis qu'un homme
Ouvre-moi mon frère !

Ouvre-moi ta porte
Ouvre-moi ton cœur
Car je suis un homme
L'homme de tous les temps
L'homme de tous les cieux
L'homme qui te ressemble...


Citation : Il est temps - Sara Pinsonneault


Il est temps de lever les yeux vers le monde qui vient.
Il est temps de jeter la fleur qui se fane déjà.
Il est temps de bâtir la paix dans ce monde qui meurt.
Il est temps de laisser l'amour libérer son cœur. 


Texte : Vivre pour rajeunir - Jean Sullivan


On nous a mis dan la tête que le but de la vie,
c'est de bien réussir,
en occupant des fonctions prestigieuses
ou en gagnant beaucoup d'argent.
Quelle puérilité !

Le vrai but de la vie, c'est de rajeunir !
Car chaque homme naît vieux,
emmailloté dans des mots, des préjugés...
Devenir jeune,
c'est se libérer des entraves de la peur,
ne plus céder aux pesanteurs sociales,
devenir joyeux, même avec ses cicatrices.

La vie éternelle est faite pour être inaugurée ici, sur terre.
L’évangile est invitation à quitter les conventions,
c'est l'appel au réveil.
Le plus grand service que nous puissions rendre à la société,
c'est de devenir libres et joyeux.

Toute la nature nous rappelle
que nous ne sommes que de passage...
Ne prenons donc plus rien au tragique !
L'essentiel est de survivre,
c'est-à-dire faire exister ce qui est immortel en nous.




Texte : Sourire - Christian Bobin


- "Bébés tout sourire" de Notre Famille -

Je ne sais pas
de meilleure façon de penser
que le sourire.
Cela vous ouvre le visage
et la vérité qui est fragile
qui est fuyante plus que l'eau,
craintive plus que l'ombre,
le petit écureuil de la vérité s'approche
sans trop trembler
d'un visage sans clôture.


Citation : Partage - Henri Groues

Le contraire de la misère
ce n’est pas la richesse.
Le contraire de la misère,
c’est le partage.
____________________


Citation : Résistance - Etty Hillesum

J’ai en moi une immense confiance.
Non pas la certitude de voir
la vie extérieure tourner bien pour moi,
mais celle de continuer
à accepter la vie et à la trouver bonne,
même dans les pires moments.
______________________

Texte : Ma parole crée l'autre - Jean Debruynne

- "Confidences" d'Auguste Renoir -

Ma parole crée l'autre,
c'est mon pouvoir et ma blessure
Je peux faire l'autre
comme on fait des garnisons,
Des disciples ou des fidèles
bien alignés dans mes systèmes.

Je peux faire l'autre
comme on fait des exclus, des marginaux,
Des murs et des cloisons
contre qui j'appellerai
les flics et les prisons.

Ma parole peut aussi faire l'autre
comme un homme.
Mais dès lors que je l'ai reconnu,
Il se lève debout et marche libre.

Je crée l'autre
mais c'est lui qui me fait exister
Car la parole est toujours
une parole dépossédée.

Croirai-je jamais assez
que la parole de l'autrepuisse me construire ?
Dans la parole, nous sommes trois :
Toi qui me parles,
moi qui t'écoute,
et la parole qui est aussi quelqu'un.

Citation : Voir Dieu - Maïtre Eckhart

D’aucuns veulent voir Dieu avec leurs yeux,
comme ils voient une vache,
et L’aimer comme ils aiment leur vache,
pour le lait, le fromage et le profit qu’elle leur rapporte.
____________________

Texte : Avoir et Être - Georges Casalis

Il y a quelque chose de préférable à la vie, c'est son sens.

Très simplement on peut dire que sa qualité est préférable à sa durée.
Le choix décisif se situe, pour tout être humain, entre avoir et être.
La personne humaine est prisonnière du péché du vouloir avoir,
de la logique de l'avoir et de la puissance.

Car le péché, c'est de se faire et de se vouloir différent sans les autres,

dans une espèce d'isolement
que l'on considère comme nécessaire et heureux,
et de se vouloir aussi finalement toujours contre les autres.

La logique de l'avoir est à la base de toutes les discriminations
que nous connaissons dans le monde :
qu'il s'agisse du racisme, du sexisme, du nationalisme,
du "classicisme", peut-être !

Alors que la logique de 1'être, c'est d'accepter d'être comme les autres,
en rien différent, en rien supérieur ;
c'est la logique d'être avec les autres,
et c'est bien sûr aussi la logique de l'être pour les autres.

Mais attention à cet ordre : je dis " comme - avec - pour ".
Si on commence par le " pour " on est paternaliste,
ce qui est une autre forme de discrimination.


Texte : Où est Dieu ? - François Garagnon

J'arrive pas à comprendre pourquoi Dieu
qui était soit-disant partout,
on le voyait nulle part.

Or, un jour, je me suis réveillée toute ensoleillée de bonheur.
Ça m'arrive certains jours, je sais pas pourquoi,
j'ai tellement de ciel bleu à l'intérieur de moi
qui j'ai l'impression d'avoir mangé l'infini.

Ça te fait mousser le cœur,
ça te monte à la tête,
et tu te sens pétiller.
C'est comme si tu avais bu un peu trop de champagne.
Tu titubes d'allégresse.
C'est grisant, suave et exquis.

Citation : De la tolérance - Gandhi

La règle d’or de la conduite est la tolérance mutuelle,
car nous ne penserons jamais tous de la même façon ;
nous ne verrons qu’une partie de la vérité
et sous des angles différents.
_______________

Texte : Aimez vos ennemis - Martin Luther King

- "Chien et chat" - de Assuropoil -

Dans le Nouveau Testament,
on trouve le mot grec "Agapè" pour désigner l’amour.

C’est l’amour débordant qui ne demande rien en retour.
Les théologiens diraient qu’il s’agit de l’amour de Dieu à
l’œuvre dans le cœur humain.
Lorsqu’on s’élève jusqu’à aimer ainsi,
on aime tous les hommes,
non parce qu’on éprouve pour eux de la sympathie,
non parce qu’on apprécie leur façon d’être,
on les aime parce que Dieu les aime.

Tel était le sens de la parole de Jésus "Aimez vos ennemis".
Et pour ma part, je suis heureux qu’il n’ait pas dit :
"Ayez de la sympathie pour vos ennemis"
parce qu’il y a des personnes pour lesquelles j’ai du mal à avoir de la sympathie.

La sympathie est un sentiment d’affection,
et il m’est impossible d’avoir un sentiment d’affection
pour quelqu’un qui bombarde mon foyer.
Il m’est impossible d’avoir de la sympathie
pour quelqu’un qui m’exploite.
Il m’est impossible d’avoir de la sympathie
pour quelqu’un qui m’écrase sous l’injustice.
Non, aucune sympathie n’est possible envers quelqu’un qui,
jour et nuit menace de me tuer.

Mais Jésus me rappelle que l’amour
est plus grand que la sympathie,
que l’amour est une bonne volonté compréhensive,
créatrice, rédemptrice, envers tous les hommes.


Citation : Grandeur de l'homme - Antoine de Saint-Exupéry

Dans le pays où les hommes ont toujours raison
les fleurs ne fleurissent pas au printemps.
Il cnvient en permanence de tenir éveillé en l'homme
ce qui est grand et de le convertir à sa grandeur.
___________________________


Texte : Si t'as besoin... - Philippe Forcioli

Si t’as besoin d’un transistor au sommet d’une montagne
si t'as besoin de ton fusil pour balader en campagne
si t'as besoin d'une moustache d'une casquette et du tiercé
si t'as besoin d'une voiture à la couleur de tes cravates
tu devrais t'inquiéter homme mon frère tu devrais t'inquiéter

Si t'as besoin d'une femme-maison pour remplacer ta maman
si t'as besoin d'enfants qui te ressemblent pour ta consécration
si t'as besoin d'un chien méchant d'une barrière de dix verrous
si t'as besoin d'une assurance contre la vie contre la mort
et contre les piqûres de moustiques
tu devrais t'inquiéter homme mon frère tu devrais t'inquiéter

Si t'as besoin d'un cinéma pour t'inventer des histoires
si t'as besoin d'une mode pour t'inventer des goûts
si t'as besoin d'un boulot con mais où tu touches gros
si t'as besoin d'un club de vacances pour t'inventer l'aventure
tu devrais t'inquiéter homme mon frère tu devrais t'inquiéter

Si t'as besoin d'une police pour te croire dans la paix
si t'as besoin d'une église pour te croire près de dieu
si t'as besoin d'un parti fort pour te croire politique
si t'as besoin d'un chanteur à succès pour te croire poétique
tu devrais t'inquiéter homme mon frère tu devrais t'inquiéter

Texte : Faux semblant - Maurice Bellet

Sous prétexte de résistance à l'esprit du monde,
on peut très bien s'enclore dans une espèce de «bulle»,
ou de clan religieux
où l'on se tiendra à l'écart des préoccupations sociales,
de la rencontre entre la religion et la psychologie, la psychanalyse,
à l'abri de toute confrontation avec la critique...
considérant tout cela comme dépassé.

Or, en demeurant bien au chaud dans une prière,
une paix et une joie superficielles,
on ne fait que conforter le monde
dans ses aspects les plus redoutables.
Tel le règne féroce de l'économie et de l'argent
récapitulé dans cette maxime :
«Si Dieu est Dieu, les affaires sont les affaires...».

On se tient alors dans une dépendance absolue
vis-à-vis du système en place,
et c'est l'illusion la plus totale.

L'attitude inverse consiste selon moi
à risquer l’Évangile dans la confrontation la plus rude,
la plus dangereuse avec la réalité de ce monde.
En repérant d'abord où est le «lieu du combat».

Je pense ici à l'exclusion comme à l'un de ces fléaux modernes
contre lesquels il importe, en humain et en chrétien, de se situer.
Cette tendance à exclure l'autre
qui a pu conduire un financier à asséner :
«L'Afrique est un continent de trop» !

Qu'on ne s'y trompe pas, le lieu de l’Évangile,
c'est bien pourtant l'homme et l'humanité
dans ce qu'elle a de plus radical.
Celle qui se révèle en intervenant, par exemple,
dans les domaines de l'engagement social, de la politique,
de l'art, de la science, de la philosophie, de la psychanalyse...

Texte : Ne vis pas sur cette terre... - Nazim Hikmet

Ne vis pas sur cette terre
A la façon d’un locataire
Ou bien comme villégiature
Dans la nature.
Vis dans ce monde
Comme si c’était la maison de ton père.
Crois aux grains,
A la terre, à la mer,
Mais avant tout, crois à l’homme.

Aime le nuage, la machine et le livre,
Mais avant tout, aime l’homme.
Sens la tristesse
De la branche qui se dessèche
De la planète qui s'éteint
De l'animal infirme.
Mais avant tout
La tristesse de l'homme

Que tous les biens terrestres
Te prodiguent la joie.
Que les quatre saisons
Te prodiguent la joie.
Mais avant tout, que l’homme
Te prodigue la joie !

Citation : L'endettement - Michel Piquemal


- "Endettée" du site "OnParticipe.com" -

L'endettement est bon.
Car l'endettement des hommes
est le meilleur gage de servilité.
Qui oserait manifester,
user du droit de grève
quand il doit tous les mois
honorer une honteuse et éternelle dette.
__________________________

Texte : L'Autre - Gilles Baudry

A quelques pas derrière la douleur
Debout dans sa stature d'homme
Dans sa détresse d'or
Quelqu'un se tient
A contre-jour
Comme pour dissimuler
L'éclat de sa trop grande pauvreté

Il y a tant d'égard
Dans son regard
Porté très loin devant
Au-delà de nos murs étroits
Des apparences

Qu'est-il cet étranger
Qu'il puisse dire l’indicible
Par sa seule présence ?

On voudrait tant le retenir
Il se retire

Au fur et à mesure qu'il s'éloigne
Croît notre battement de cœur.


Cri de paure : Le trou d'une aiguille - Anonyme

Il sera désormais aussi difficile aux pauvres
de passer nos frontières
qu'aux riches
de passer par le trou du aiguille...
__________________________________

Texte : Chaque visage est un miracle - Tahar Ben Jelloun

- "L'enfant noir et l'enfant blanc ont tous deux le sang rouge" - Grisou -

Un enfant noir, à la peau noire, aux yeux noirs,
aux cheveux crépus ou frisés, est un enfant.
Un enfant blanc, à la peau rose, aux yeux bleus ou verts,
aux cheveux blonds ou raides est un enfant.

L'un et l'autre, le noir et le blanc, ont le même sourire
quand une main leur caresse le visage,
quand on les regarde avec amour et leur parle avec tendresse.
Ils verseront les mêmes larmes si on les contrarie, si on leur fait mal.

Il n'existe pas deux visages absolument identiques.
Chaque visage est un miracle.
Parce qu'il est unique.
Deux visages peuvent se ressembler, ils ne seront jamais tout à fait les mêmes.

La vie est justement ce miracle,
ce mouvement permanent et changeant qui ne reproduit jamais le même visage.
Vivre ensemble est une aventure
où l'amour, l'amitié est une belle rencontre avec ce qui n'est pas moi,
avec ce qui est toujours différent de moi et qui m'enrichit.

Prière du Pèlerin - François Plouidy

Il part, le pèlerin, c'est décidé !
Pour quelques jours,
il va laisser là son « chez lui » ,
son espace familier, ses sécurités,
peut-être aussi la routine et l'ennui.

Pourquoi s'en va-t-il, le pèlerin,
vers un paysage inconnu?
Il ne le sait pas vraiment.
Il sent seulement que tout au fond,
tout au fond de lui, un appel a surgi,
qui lui a dit : « Va, Va à la Source,
Va te purifier, Va te renouveler,
Va à la rencontre de tes frères,
de toi-même..., de ton Dieu. »

Que se passera-t-il là-bas ?
Il ne le sait pas vraiment.
Mais il sent très fort
que sur la montagne sainte,
en ce lieu de grâce où souffle l'Esprit,
il déposera son fardeau,
il trouvera paix et repos.

Il pressent
– et lorsqu'il y songe, la peur le prend -
qu'il sera bousculé, remué, secoué
par un regard... une parole... un cri... un chant.
Mais il est sûr qu'il croisera là-bas,
doucement posés sur lui,
des regards de pardon, des regards de tendresse,
des regards d'amour,
le regard du Seigneur et celui de Marie...
Des regards qui relèvent,
redonnent confiance et désir de vivre.

Citation - Toi qui vivras – Jean Malrieu

Toi qui vivras plus loin que moi,
sois fidèle au soleil...
Il est sous terre des printemps à naître
qui s’épient et te supplient :
responsable un instant de la totalité de la terre,
garde l’eau pure et le regard heureux.
____________________________


Aimer et servir - Anonyme

-Mère Teresa - My hero -

"L'hymne à l'amour" de Saint Paul, tu connais ?
Mais si ! On l'entend souvent aux célébrations de mariage :

"Quand je parlerais toutes les langues de la terre et du ciel...
"s'il me manque l'amour,
"je ne suis qu'un cuivre qui résonne, une cymbale retentissante ...
"L'amour prend patience, l'amour rend service, ne jalouse pas,
"ne se vante pas, ne se gonfle pas d'orgueil ... " (1Co 13)

En le lisant, je me disais : Aimer ainsi, aimer vraiment les autres,
les blessés de la vie...les servir en vérité ...
comme c'est difficile !
C'est difficile tant, dans notre service,
peuvent se glisser insidieusement, sournoisement ,
volonté de pouvoir, désir de se mettre en valeur,
recherche de gloriole... et tant d'autres mesquineries!

Et voilà que – par hasard !! - je tombe sur cette prière,
écrite par je ne sais qui  :

"Je veux de cet amour qui est serviable,
"plein de bonté et bienveillant,
"qui cherche à être constructif et se plaît à faire le bien..
"Je veux de cet amour qui n'est pas possessif,
"qui ne cherche pas à accaparer,
"qui me rend libre de toute envie et de toute jalousie.
"Je veux de cet amour qui ne cherche pas à se faire valoir
"et n'agit pas de manière présomptueuse.
"Je veux de cet amour qui prend des égards,
"qui évite de blesser.
"Je veux de cet amour qui ne cherche pas son intérêt,
"mais celui de l'autre ... »

En un mot, servir «  en humble place »
comme le Seul Vrai Serviteur.
Que vouloir d'autre ?

Je connais des bateaux - Mannick

Je connais des bateaux qui restent dans le port
de peur que les courants les entraînent trop fort
Je connais des bateaux qui rouillent dans le port
à ne jamais risquer une voile dehors.
______________________________


Va ! - d'après Marc Alain Ouaknin

- "Ribeyrolles" - Wikipedia -

Fils d'homme regarde !
Contemple les merveilles de la création
et la source de tout vivant
qui rythme chaque créature.
Apprends à te connaître,
à connaître le monde, ton monde.
Découvre la logique de ton cœur
et les sentiments de ta raison !

L'amour qui brûle en toi,
fais-le monter vers sa racine puissante,
étends-le à tous !
Ne te contente pas du bien !
cherche plutôt à exprimer la bonté.
Sois généreux, offre ta lumière.
Brise les chaînes d'une histoire
qui ne t'appartient pas
et qui ne doit pas t'alourdir ni te retenir.

Souviens-toi que les hommes,
bien qu'ils doivent mourir
ne sont pas nés pour mourir
mais pour innover,
pour s'ouvrir à la naissance et à la renaissance.
Parce que tu es né, tu es condamné,
condamné à être libre !
Ne l'oublie jamais !

Tu possèdes en toi la force
de dominer le mal, toujours.
Si tu tombes, relève-toi !
Ne désespère jamais.
Garde la force de l'espérance .
N'oublie pas les frères,
tu es pour eux, ils sont pour toi !

Maintenant va ! seul !
Va découvrir le monde.
Si un jour tu es dans la détresse,
invoque mon nom et je te viendrai en aide.
Va !

Citation : La joie - Paul Eluard

Et si la joie n'était qu'un regard porté vers les autres,
un regard positif, chargé de tendresse,
de refus de dénigrer, d'accabler, d'accuser
car il faut toujours un coupable.

Et si la joie était le fait de la liberté,
la seule vraie liberté,
celle qui nous rend disponible.
_________________________________


Texte : Qui attends-tu ? - Michel Hubaut

Le nouveau-né attend les caresses de sa mère,
l'enfant attend, dans la cour de l'école, qu'on vienne le chercher ;
il attend le jour de sa fête ou la visite du père Noël.
L'adolescent attend ses copains,
l'étudiant attend les résultats de ses examens,
l'amoureux attend celle qu'il aime
sous la grande horloge de la gare où il lui a donné rendez-vous.

La femme attend la naissance de son enfant,
l'homme qui travaille attend sa paye et son avancement,
le joueur attend le tirage du loto,
les parents attendent leur fils parti dans un pays lointain.
Le prisonnier attend sa libération,
le malade qui ne dort pas attend la fin de la nuit,
le vieillard isolé attend la femme de ménage...

Nous attendons tous quelque chose ou quelqu'un,
une visite, un événement heureux, des vacances,
un voyage, une fête de famille, un ami.
Attendre n'est-ce pas une manière d'espérer ?
Celui qui n'attend plus rien ni personne, est déjà comme mort.

L'attente, c’est un peu ce qui donne du rythme à notre vie ;
elle rend déjà présent, par notre imagination,
ce que nous espérons et y prépare notre cœur.

Mais attendons-nous encore le Christ,
l'Epoux des noces de la Vie éternelle ?
Car le voici qui vient,
Celui qui donne sens à toutes nos attentes !


Prière : Prière des clés - François Séjourné

Nous vivons, Seigneur,
dans un monde fermé à double tour,
verrouillé par des milliers, des millions de clés.

Chacun a les siennes :
celles de la maison et celles de la voiture,
celles de son bureau et celles de son coffre.
Et comme si ce n’était rien que tout cet attirail,
nous cherchons sans cesse une autre clé :
clé de la réussite ou clé du bonheur,
clé du pouvoir ou clé des songes…

Toi, Seigneur, qui as ouvert
les yeux des aveugles et les oreilles des sourds,
donne-nous aujourd’hui la seule clé qui nous manque :
celle qui ne verrouille pas, mais libère ;

celle qui ne renferme pas nos trésors périssables,
mais livre passage à ton amour ;
celle que tu as confiée aux mains fragiles de ton Église :
La clé de ton Royaume.


Lorsque ton bateau, ancré depuis longtemps au port,
Te donnera l’illusion d’être une maison,
Lorsque, de ton bateau, commencera à pousser des racines
Dans l’immobilité du quai,
Prends le large ! Il faut sauver à tout prix
L’âme voyageuse de ton bateau, et ton âme de pèlerin.
_____________________




Citation : La bonté - Christian Bobin


- Photo issue de "Manger citoyen" -

La bonté n'est faite que de gestes
Ces gestes ne mènent pas à de grandes victoires
Aucune légende ne les retient
Ces gestes sont gestes de tous les jours
bien plus héroïques que tout héroïsme.
_____________________________


Texte : Les bateaux - Jacques Brel

Je connais des bateaux qui restent dans le port
de peur que les courants les entraînent trop fort.
Je connais des bateaux qui rouillent dans le port
A ne jamais risquer une voile dehors.

Je connais des bateaux qui oublient de partir
Ils ont peur de la mer à force de vieillir
Et les vagues, jamais ne les ont séparés,
Leur voyage est fini avant de commencer.

Je connais des bateaux tellement enchaînés
Qu’ils ont désappris comment se regarder.
Je connais des bateaux qui restent à clapoter
Pour être vraiment sûrs de ne pas se quitter. …


Citation : L'aurore - Jean Giraudoux

Comment cela s'appelle-t-il, quand le jour se lève, comme aujourd'hui,
et que tout est gâché, que tout est saccagé, mais que l'air pourtant se respire,
que tout est perdu, que la ville brûle, que les innocents s'entretuent,
mais que les coupables agonisent dans un coin du jour qui se lève ?
Cela porte un très beau nom : cela s'appelle "l'aurore".
_________________________


Texte : Tu serais seul - Anonyme


- Photo issue de Massage Magazine -


Si tu es fatigué,
repose ta tête sur notre épaule.
Si tu as soif,
bois à la source de notre foi.
Si tu as faim,
mange le pain de notre amour.

Si tu es menacé,
que nos cœurs soient ton épée
et nos corps ton bouclier.
Si ton chemin est semé d'épines,
marche quand même,
nous t'accompagnerons.

Mais ne quitte jamais
le chemin de la liberté,
de l'honneur, de la vérité.
Sur une autre route,
tu serais seul.

Ne quitte jamais
le chemin de l'espérance
sur une autre route,
tu serais seul.

- Ecrit sur les murs de Prague en 1968 -



Cri de pauvre : Si c'est un homme... - Primo Levi

Vous qui vivez en toute quiétude
Bien au chaud dans vos maisons,

Vous qui trouvez le soir en rentrant
La table mise et des visages amis,
Considérez si c'est un homme
Que celui qui peine dans la boue,
Qui ne connaît pas de repos,
Qui se bat pour un quignon de pain,
Qui meurt pour un oui pour un non.

Considérez si c'est une femme
Que celle qui a perdu son nom et ses cheveux
Et jusqu'à la force de se souvenir,
Les yeux vides et le sein froid
Comme une grenouille en hiver.

N'oubliez pas que cela fut,
Non, ne l'oubliez pas :
Gravez ces mots dans votre coeur.
Pensez-y chez vous, dans la rue,
En vous couchant, en vous levant ;
Répétez-les à vous enfants.


Prière : Notre maison la terre - Indiens d'Amérique

- Photo prise dans un article du Forbes -

Toi dont la voix s'étend
Dans le souffle de brise,
Toi dont l'haleine donne vie au monde
Nous avons besoin de ta force et de ta sagesse.

Fais que nous marchions dans ta beauté,
Que jamais nos yeux ne se lassent pas de contempler
Les ors et les pourpres du soleil couchant.

Aide-nous à lire les messages que tu as cachés
Dans les feuilles et les rochers.
Rends-nous sages, afin que nous saisissions
Ce que tu nous as enseigné.

Fait que nous soyons toujours prêts à venir à toi
Les mains propres et le regard clair.
Ainsi, quand la vie s'éteindra
Comme s'éteint le soleil couchant,
Sans honte, nos esprits pourront venir à toi.

Grand esprit, transforme nos cœurs,
Afin que nous n'enlevions pas jamais
À la beauté de ta création
Plus que nous lui donnons.

Apprends-nous à ne jamais détruire à la légère
Pour satisfaire notre avidité
A ne jamais oublier de prêter nos mains
Pour édifier la beauté de la terre ;
À ne jamais prendre
Ce dont nous n'avons pas besoin.

Rends-nous capables de comprendre
Que détruire la musique de la terre,
C'est créer la confusion, ruiner son apparence,
Et nous rendre aveugle à la beauté.
Polluer son doux parfum par notre insouciance,
C'est faire une maison de puanteur.


Citation : L’amour d’une maman – Pam Brown

L'amour d'une maman,
c'est la conviction
que ses poussins sont des cygnes ;
ce qui est la meilleur façon
de donner le moral à des enfants
qui sont convaincus d'être
de vilains petits canards.
________________________

Texte : Admirer - Anonyme

Un puissant seigneur extrêmement riche
et un pauvre paysan avaient chacun un fils.
Le puissant seigneur monta avec son fils
en haut d’une montagne,
lui montra avec fierté le paysage en contrebas
et lui dit avec engouement :
- Regarde, mon fils !
Un jour, tout cela sera à toi, le jour de ta succession !

Le fils ressentit alors une grande exaltation,
une ivresse de puissance, un bonheur intense.
Mais tandis qu’il redescendait doucement de la montagne,
sa joie fut perturbée par des pensées de peurs, de craintes :
et si son père demain changeait d’avis ?
et si des intrigants prenaient le pouvoir ?
et s’il disparaissait le lendemain
sans qu’il ait eu le temps de lui transmettre la charge ?
et si… ?

Le paysan pauvre monta avec son fils
sur l’autre versant de la même montagne,
au même moment ;
il lui montra le même paysage et lui dit avec amour :
- Regarde, mon fils ! Regarde comme c'est beau !
Le fils resta là, attentif aux sons, aux odeurs,
aux couleurs, aux images,
et s’imprégna de la majesté du monde, le cœur empli de joie…
L’émerveillement est dans le regard !

Texte : Bonheur et joie - Marcelle della Faille

- Rose rose -

La Joie est considérée comme la plus grande
des réalisations d'une vie.
Découvrir la Joie,
c'est revenir à un état d'unité avec l'Univers.
La Joie pure est la vraie nature du Divin
elle est, par conséquent, notre droit de naissance
en tant qu'enfant du Divin.

Plus nous sommes Joyeux,
plus nous sommes proches du Divin
et plus nous sommes en harmonie avec la vie entière.

Nous pouvons faire une distinction entre Bonheur et Joie.
Le bonheur a son siège dans les émotions.
C'est une réaction de la personnalité qui se produit
lorsque la personnalité expérimente des conditions
qui satisfont sa nature émotionnelle.
Ainsi, croquer un morceau de chocolat ou gagner un prix
peut donner du bonheur ou du plaisir mais pas de la joie.

La Joie est une qualité de l'âme.
D'après les sages, elle se réalise dans l'Esprit
lorsque la personnalité et l'âme sont en harmonie.

L'idée, c'est d'être en Paix et Joyeux
là où nous sommes maintenant
Et de « profiter du voyage »


Citation : Qui suis-je ? - Anonyme

Qui suis-je ?
Si je ne m'occupe pas de moi,
comment être moi ?
Si je ne m'occupe que de moi,
suis-je encore moi ?

- dans un vieux talmud juif -
- cité par Henri Madelin - 


Texte : Être plus grand - Dominique Nguyen Thanh Luong

- Champion -

Pour exister, pour être fier, il faut être grand.
Qui est donc le plus grand ?
Question maintes fois posée, en tout temps et en tous lieux.
Il en est ainsi des volontés de puissance des rois de la terre.
Les livres d’histoire sont remplis de leurs rêves de grandeur.

Être le plus grand, être le plus fort.
Est-ce uniquement le fait des puissants ?
Ne retrouvons-nous pas ce désir en germe dans notre cœur ?
N’est-ce pas propre à notre humanité imparfaite, à nos peurs ?
Déjà, dans les cours de récréation des tout-petits,
règnent les tyrans des bacs à sable
qui veulent toujours être au centre et écrasent les autres.

Dieu veut-il lui aussi nous dominer ?
Comment règne-t-il sur son peuple ?
Il se fait homme, Emmanuel, « Dieu avec nous ».
Pas au-dessus de nous, mais avec nous.
En toute humilité, il devient serviteur de son peuple.
Sans arme, ni police, ni surveillant, ni clan.
Son pouvoir, c’est l’amour, uniquement :
aimer jusqu’au bout,
jusqu’à venir habiter parmi nous.
Et un jour, se mettre à genoux.

Texte : La véritable amitié - Henri Lacordaire

La véritable amitié est pure.
Elle ne recherche aucune faveur en retour.
Elle élève celui qui la donne.

La véritable amitié est généreuse.
Elle est plus forte que tous les préjugés.
Elle anoblit celui qui la donne.

La véritable amitié est fidèle.
Elle n’est pas altérée par le temps.
Elle honore celui qui la donne.

La véritable amitié est  tenace.
Elle est faite de loyauté et de franchise.
Elle grandit celui qui la donne.

La véritable amitié est magnanime.
Elle ne pose aucune condition.
Elle embellit celui qui la donne.

La véritable amitié est absolue.
Elle n’est jamais donnée par miettes.
Elle fait honneur à celui qui la donne.

La véritable amitié est spontanée.
Elle ne fait l’objet d’aucun marchandage.
Elle récompense celui qui la donne.

La véritable amitié est sincère.
Elle ne pose pas de conditions.
Elle enrichit celui qui la donne.


Cri de pauvre : Bonheur tout simple - Entendu par un bénévole


Je n'ai pas une grand maison,
mais j'y suis à l'abri.
je n'ai pas de vêtements neufs,
mais j'ai chaud.
je n'ai pas d'économies,
mais je m'en sors :
J'ai un toit
pour accueillir mes amis
j'ai un manteau, et une nuitée,
à donner à un SDF
j'ai trois sous, et quatre heures,
pour donner à une association...
Que demander de plus
pour être heureux ?



Citation : Etre libre - Nelson Mandela

- Photo "free" -

Être libre, ce n'est pas seulement
se débarrasser de ses chaînes ;
c'est vivre d'une façon qui respecte
et renforce la liberté des autres.
____________________________


Texte : Laicité ou laicisme ? - Jean-Pierre Batut

La laïcité, c’est la distinction du temporel et du spirituel, qui évite à l’un comme à l’autre de s’entraver mutuellement et qui garantit l’adhésion libre à Dieu pour le croyant, à autre chose pour celui qui ne croit pas.

Dans la laïcité bien comprise, le croyant et l’incroyant ne s’ignorent ni ne se combattent. Ils ne peuvent pas s’ignorer car ils font partie de la même communauté nationale et de la même communauté humaine.

Ils ne devraient pas non plus se combattre, mais comprendre qu’ils ont besoin l’un de l’autre, chacun d’eux se laissant interpeller par les questions posées par l’autre. Entre eux existe un lien commun à tous les êtres humains qui s’appelle la raison, et qui nous permet de débattre entre nous lorsque nous défendons des opinions différentes.

Le laïcisme, c’est une religion de substitution promue par l’État et enseignée par l’École, qui postule que seul un esprit sans références spirituelles serait un esprit libre, et que seule une raison athée mérite le nom de raison.

Le laïcisme n’est pas contre la foi ou contre la religion, il est contre la raison elle-même. En retranchant la religion de la culture, il rend la culture elle-même indéchiffrable, comme le montrent ces hordes adolescentes à qui la notion même de culture ne dit plus rien.

La raison laïciste ne veut pas savoir d’où elle vient : or, « ne pas vouloir savoir est une bonne définition de l’obscurantisme ». C’est contre cet obscurantisme, et non contre l’islam, que mettait en garde Benoît XVI en 2006 dans son discours de Ratisbonne.

Si l’ignorance mutuelle conduit à creuser un abîme entre religion et raison, c’est la violence qui l’emportera. C’est elle, effectivement, qui l’avait emporté par la suite : Xavier Dufour remarque à juste titre qu’ « il y aurait beaucoup à dire sur l’alliance objective de media pseudo-laïcs et de fanatiques religieux, pour empêcher coûte que coûte tout dialogue entre foi et raison ».

Aujourd’hui « ce n’est pas la foi qui se porte le plus mal, c’est la raison ». Plutôt que de se perdre en vaines jérémiades contre le dialogue avec les catholiques, certains politiques feraient mieux de se demander si nous ne devrions pas unir nos forces pour aider une jeunesse sans repères à se demander pourquoi elle vit et à retrouver des raisons de vivre.

Citation : Quelle religion ? - Pierre Teilhard de Chardin

La seule religion acceptable pour l'homme
est celle qui lui apprendra d'abord
à reconnaître, aimer, et servir passionnément l'univers
dont il est l'élément le plus important.
__________________________

Texte : Le lion mange... - Pierre Rabhi

- Le lion d'Afrique -

Le lion mange l’antilope pour survivre.
Pas pour la placer en banque. ...

A la différence de la prédation humaine,
le lion dévore des antilopes
car sa propre existence en dépend,
mais il n'a ni banque ni stock d'antilopes
pour en faire commerce
et affamer ses congénères.

Chaque prélèvement est en quelque sorte
fondé sur la vie qui se donne à la vie,
pour que tout puisse continuer à vivre.

Citation : Etincelle de lumière - Albert Schweitzer

A certains moments de notre vie,
notre propre lumière s'éteint
et se rallume par l'étincelle d'une autre personne.
Chacun d'entre nous a des raisons
de penser avec une profonde gratitude
à ceux qui ont allumé la Flamme en nous.
_______________________________



Texte : Vis aujourd'hui - Marguerite de Grandchamps

Vis le jour d'aujourd'hui,
Dieu te le donne,
Il est à toi,
Vis-le en Lui !

Le jour de demain est à Dieu,
il ne t'appartient pas.
Ne reporte pas sur demain
le souci d'aujourd'hui.
Demain est à Dieu,
Remets-le Lui !

Le moment présent est une frêle passerelle :
Si tu la charges des regrets d'hier,
De l'inquiétude de demain,
La passerelle cède et tu perds pied.

Le passé ? Dieu pardonne.
L'avenir ? Dieu le donne.
Vis le jour d'aujourd'hui
En communion avec Lui.


Citation : Paroles, paroles... - Adrian Miatlev

- fotomelia.com -

Tant qu'on mettra des mots à la place des faits,
à la place des actes,
des mots à la place des gestes,
des sentiments et des mots encore
à la place des vrais mots,
il y aura d'affreux échecs intimes
et d'horribles catastrophes par le monde.
___________________________


Texte : Un lourd passé ? - Martin Gray

- Dans l'espérance chrétienne -

L’homme ne peut nier ou effacer le passé.
Il le porte toujours en lui, gravé.
C’est son histoire personnelle, unique.

Prendre appui sur cette expérience
pour s’en éloigner sans trahir et sans oublier.
Parce que la vie, c’est la marche vers l’avenir.
Et il faut faire confiance à ce qui viendra.


Citation : Comment prier - Gandhi

Il vaut mieux mettre son cœur dans la prière
sans trouver de paroles
que trouver des mots
sans y mettre son cœur.
__________________________________

Prière : Joie de la résurrection - Psaume 98

Chantez à votre Père un chant nouveau,
car il a fait quelque chose de merveilleux.

Il a fait agir sa puissance pour le Sauveur
en lui donnant la victoire sur la mort.

Il a révélé cette victoire à travers le monde;
il a fait connaître combien il l'aimait.

Il a confirmé la vérité de ses promesses
en faveur de toute l'humanité.

Jusqu'au bout de la terre, on a vu
la victoire de notre Sauveur.

Tout le monde, acclamez votre Père,
faites éclater vos chants de joie et vos musiques...


Texte : La croix et la résurrection - Billy Graham

- Croix et Résurrection -

Sans la résurrection,
la croix n'a pas de sens...

Si Jésus n'était pas ressuscité des morts,
aucune personne normale n'aurait rendu gloire
pour quelque chose de si hideux et répugnant
qu'une croix teintée du sang de Jésus...

Une tombe non ouverte
n'aurait jamais ouvert le Ciel...

Dieu a entrepris l'opération de sauvetage
la plus spectaculaire de l'histoire universelle.
Il s'est déterminé à sauver la race humaine
de l'autodestruction,
et il a envoyé son fils Jésus-Christ
pour les sauver et les racheter.
L’œuvre de la rédemption de l'homme
a été accompli à la croix...


La résurrection du Christ
a changé les ténèbres du deuil
en une lumière de réunification,
elle a changé les ténèbres de la déception
en une lumière de joie ;
elle a changé les ténèbres de la peur
en une lumière de paix...

La résurrection détruit la finalité de la mort,
fournissant une alternative
qui ouvre la voie à une nouvelle vie.

- lu dans l'Observateur Chrétien -   

Texte : Prendre le temps temps - Anonyme


Me voici bousculé par le temps, 
Débordé par mes activités, 
Pris en otage par les aiguilles de ma montre,
mes smartphones, tablettes, télés et autres écrans,
Emporté par le tourbillon de ma semaine et de mon agenda 
Où tout est noté, organisé, prévu.

Qu'il est heureux l'espace d'un instant, 
De prendre le temps, le temps de se parler, 
Le temps de se dire, le temps d'échanger.
Qu'il est heureux de savoir que l'on est écouté 
Et accueillis en vérité. 
Qu'il est heureux de prendre le temps de la parole, 
Et de prendre le temps de l'écoute. 


Citation : Avenir de l'humanité - Albert Einstein


- Fin du monde -

Il devient indispensable que l'humanité
formule un nouveau mode de pensée
si elle veut survivre
et atteindre un plan plus élevé.
_____________________________

Texte : Le jeu de la vie - François Garagnon

Goethe a dit :
« Dans la vie, les jeux sont donnés, 
mais avec un jeu donné, 
chacun peut faire une partie différente. »

Ce qui veut dire que devant le jeu de la vie,
nous avons tous des cartes, des atouts,
mais que le déroulement de la partie dépend de nous,
de notre talent,
de notre aptitude à nous adapter,
et notre brio à maîtriser l’instant dans son ensemble.

Il y en a qui gâchent leurs atouts,
et d’autres qui gagnent la partie
en partant avec de sérieux handicaps.
Rien n’est jamais joué d’avance

Texte : Triste tableau ? - Maurice Bellet

-  Grumpy-Cat, le chat grincheux -

Il y a de quoi, dans notre monde, y sombrer.
La férocité y est monstrueuse,
le délire des puissants sans mesure,
la raison s'y affole,
le meilleur de ce qu'on y fait tourne au pire.

Tableau infini.
Toutefois, où mène ce pessimisme ?
N'y a-t-il pas, aussi, l'opposé ?
Et n'est-ce pas, devant la jeunesse
et ce qu'elle porte nécessairement d'espoirs,
l'éternel gémissement des vieux
qui confondent leur fin avec la fin du monde ?

Le pessimisme peut être complaisant,
ou le fruit direct du mépris ou d'un goût de destruction.
Ici, c'est différent.
Il s'agit de celles et ceux qui avaient et qui ont du goût pour la vie,
qui ont voulu le meilleur,
qui se sont avancés en un chemin de création et communion ;
et ils se sont trouvés, peut-être d'un coup,
jetés dans ce qui était pour eux la fin de tout.

Citation :Education aimante - Hannah Arendt

C'est également avec l'éducation que nous décidons
si nous aimons assez nos enfants
pour ne pas les rejeter de notre monde,
ni les abandonner à eux-mêmes,
ni leur enlever leur chance d'entreprendre quelque chose de neuf,
quelque chose que nous n'avions pas prévu,
mais qui les prépare d'avance à la tâche
de renouveler un monde commun.
______________________________________



Texte : A vous, Madame ! - Bernard Devert




A vous, Madame, touchée par l’âge, l’isolement
et le manque de ressources,
logée dans un immeuble sans ascenseur,
alors que vous êtes confrontée à une perte d’autonomie.
Souvent, vous ne dites rien, vous tentez de survivre.
Si, par chance, quelqu’un sonne à votre porte,
vous l’ouvrez, non pour faire entendre des propos amers,
mais une sagesse bienveillante.

A vous, Madame, qu’on nomme la mère célibataire,
non par choix mais pour avoir été abandonnée.
Aux ruptures affectives blessantes,
s’ajoutent l’inquiétude pour votre enfant,
la recherche d’un logement décent
et celle d’un travail compatible avec votre rôle de mère.

A vous, Madame qui, pour vivre et faire vivre,
acceptez des ménages.
Vous intervenez dans les entreprises quand les autres s’arrêtent.
Condamnée à des heures nocturnes
ou à celles de l’aube pour ne point déranger,
vous devez penser que vos conditions de travail
pourraient être différences aux fins de vous éviter
des horaires impossibles et inadéquats
avec ceux des transports en commun.

à vous, Madame, qui avez dû vous sauver
pour que votre vie soit respectée, ou simplement protégée,
comment ne pas vous exprimer notre demande de pardon
pour cette part manquante à l’hospitalité espérée.

Oui, votre courage à toutes devrait nous donner
l’audace d’être à vos côtés pour avoir choisi le parti de la vie.


Texte : Pourquoi pleures-tu ? - Anonyme

Un petit garçon demande à sa mère « Pourquoi pleures-tu ? »
« Parce que je suis une femme » lui répond-elle.
« Je ne comprends pas » dit-il.
Sa mère l'étreint et lui dit « Et jamais tu ne réussiras. »

Plus tard le petit garçon demanda à son père :
« Pourquoi maman pleure-t-elle sans raison ? »
« Toutes les femmes pleurent sans raison »
fut tout ce que son père put lui dire.

Le petit garçon grandit et devint un homme, toujours se demandant
pourquoi les femmes pleurent aussi facilement.

Finalement il appela Dieu; quand Dieu répondit au téléphone,
il demanda « Seigneur, pourquoi les femmes pleurent aussi facilement ?
Dieu répondit « Quand j'ai fait la femme, elle devait être spéciale. »
« J'ai fait ses épaules assez fortes pour porter le poids du monde;
mais quand même assez douces pour être confortables ».

« Je lui ai donné une force intérieure pour endurer les naissances
et le rejet qui vient souvent de ses enfants. »
« Je lui ai donné la force pour lui permettre de continuer
quand tout le monde abandonne
et prendre soin de sa famille
en dépit de la maladie et de la fatigue, sans se plaindre. »

« Je lui ai donné la sensibilité pour aimer ses enfants
dans n'importe quelles circonstances
quand ces derniers l'ont blessée très durement. »

« Je lui ai donné la force de supporter son mari dans ses défauts
et je l'ai faite d'une de ses côtes pour protéger son cœur. »
« Je lui ai donné la sagesse de savoir
qu'un bon époux ne blesse jamais sa femme,
mais que quelques fois il teste sa force et sa détermination
à demeurer à ses côtés sans faiblir. »

« Et finalement je lui ai donné une larme à verser.
Cela est exclusivement à son usage personnel quand elle le juge bon. »

« Tu vois : La beauté d'une femme n'est pas dans les vêtements qu'elle porte,
ni dans le visage qu'elle montre,
ou dans la façon de se peigner les cheveux. »
« La beauté d'une femme doit être dans ses yeux,
parce que c'est la porte d'entrée de son cœur,
la place où l'amour réside. »



Prière : Louange à Dieu - François d'Assise

- Photo "Rayon de soleil" -

Tu es Saint, Seigneur Dieu,
toi qui fais des merveilles.

Tu es fort, tu es grand,
tu es le Très-Haut, tu es tout puissant,
toi, Père saint, roi du ciel et de la terre.

Tu es trois et tu es un, Seigneur Dieu des dieux,
tu es le bien, tu es tout bien, tu es le souverain bien,
Seigneur Dieu vivant et vrai.

Tu es amour et charité,
tu es sagesse, tu es humilité, tu es patience,
tu es beauté, tu es sécurité, tu es quiétude,
tu es joie et allégresse,
tu es notre espérance,
tu es justice, tu es tempérance,
tu es tout, notre richesse et surabondance.

Tu es beauté, tu es mansuétude,
tu es protecteur, tu es gardien et défenseur,
tu es force, tu es refuge.

Tu es notre espérance,
tu es notre foi,
tu es notre amour,
tu es toute notre douceur,
tu es notre vie éternelle,
grand et admirable Seigneur,
Dieu tout puissant, miséricordieux Sauveur.


Citation : Devoir et plaisir - Jean-Jacques Rousseau

Quand je paye une dette
c’est un  devoir que je remplis ;
quand je fais un don,
c’est un plaisir que je me donne.
___________________________

Texte : Dieu est là - François Garagnon

J'arrive pas à comprendre pourquoi Dieu
qui était soit-disant partout,
on le voyait nulle part.

Or, un jour, je me suis réveillée
toute ensoleillée de bonheur.
Ça m'arrive certains jours,
je sais pas pourquoi,
j'ai tellement de ciel bleu
à l'intérieur de moi
que j'ai l'impression d'avoir mangé l'infini.

Ça te fait mousser le cœur,
ça te monte à la tête,
et tu te sens pétiller.
C'est comme si tu avais bu
un peu trop de champagne.
Tu titubes d'allégresse.
C'est grisant, suave et exquis.



Texte : Entier - Khalil Gibran

Ne fréquente pas ceux qui sont à moitié amoureux,
Ne sois pas l’ami de ceux qui sont à moitié des amis…
Ne lis pas ceux qui sont à moitié inspirés.
Ne vis pas la vie à moitié
Ne meurs pas à moitié
Ne choisis pas une moitié de solution
Ne t’arrête pas au milieu de la vérité
Ne rêve pas à moitié
Ne t’attache pas à la moitié d’un espoir

Si tu te tais, garde le silence jusqu’à la fin,
et si tu t’exprimes, exprime-toi jusqu’au bout aussi.
Ne choisis pas le silence pour parler,
ni la parole pour être silencieux…
Si tu es satisfait, exprime pleinement ta satisfaction
et ne feins pas d’être à moitié satisfait …
et si tu refuses, exprime pleinement ton refus,
car refuser à moitié c’est accepter…

Vivre à moitié, c’est vivre une vie que tu n’as pas vécue…
Parler à moitié, c’est ne pas dire tout ce que tu voudrais exprimer
sourire à moitié, c’est ajourner ton sourire,
aimer à moitié, c’est ne pas atteindre ton amour
être ami à moitié c’est ne pas connaître l’amitié
Vivre à moitié, c’est ce qui te rend étranger
à ceux qui te sont les plus proches,
et les rend étrangers à toi….

La moitié des choses, c’est aboutir et ne pas aboutir,
travailler et ne pas travailler,
c’est être présent et… absent
Quand tu fais les choses à moitié, c’est toi,
quand tu n’es pas toi-même, car tu n’as pas su qui tu étais
C’est ne pas savoir qui tu es…
Celui que tu aimes n’est pas ton autre moitié…
c’est toi même, à un autre endroit, au même moment.

Boire à moitié n’apaisera pas ta soif,
manger à moitié ne rassasiera pas ta faim…
Un chemin parcouru à moitié ne te mènera nulle part
et une idée exprimée à moitié ne donnera aucun résultat…
Vivre à moitié, c’est être dans l’incapacité et tu n’es point incapable…
Car tu n’es pas la moitié d’un être humain
Tu es un être humain…
Tu as été créé pour vivre pleinement la vie,
pas pour la vivre à moitié. 

Texte : Les petits - Jorge Bergoglio

- Petite fleur -

Dieu ne maintient pas la distance,
mais il est proche et concret,
il est au milieu de nous et prend soin de nous,
sans décider à notre place
et sans s’occuper de questions de pouvoir.

Il aime à se faire contenir dans ce qui est petit,
contrairement à l’homme, qui tend à vouloir posséder
quelque chose de toujours plus grand.
Être attiré par la puissance,
par la grandeur et par la visibilité
est tragiquement humain,
et constitue une grande tentation
qui cherche à s’introduire partout.

Se donner aux autres, supprimer les distances,
en demeurant dans la petitesse
et en habitant concrètement le quotidien,
est typiquement divin.
Dieu nous sauve donc en se faisant petit, proche et concret.

Avant tout, Dieu se fait petit.
Il préfère les petits qui sont grands à ses yeux.
Il a une prédilection pour eux,
parce qu’ils s’opposent à l’“arrogance de la vie”,
qui vient du monde.
Les petits parlent la même langue que lui :
l’amour humble qui rend libre.

Citation : Service - Albert Schweitzer

Je ne connais pas votre destinée.
Mais je sais cependant que si vous ne trouvez pas
une façon d’être utile aux autres,
vous ne serez pas heureux.
_________________________


Texte : La paix est un travail - Jean Debruynne

La paix aurait pu être une fleur sauvage
de ces fleurs des champs
que nul ne sème ni ne moissonne.

La paix aurait pu être
une de ces fleurs des prés
que l’on trouve toute faite un beau matin
au bord du chemin, au pied d’un arbre
ou au détour d’un ruisseau.

Il aurait suffit de ramasser la paix
comme on ramasse les champignons
ou comme on cueille la bruyère
ou la grande marguerite.

Au contraire
la paix est un travail
c’est une tâche.
Il faut faire la paix
comme on fait le blé.
Il faut faire la paix
comme il faut des années
pour faire une rose
et des siècles pour faire une vigne.

La paix n’existe pas à l’état sauvage :
il n’y a de paix qu’à visage humain.

Citation : Goutte d'eau - Mere Teresa



Nous réalisons que ce que nous accomplissons
n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan des besoins,
mais une goutte d’eau qui aurait manqué à l’océan
si elle n’avait pas été là.
____________________________

Texte : Fatigué ? - Christian Bobin


- Grosse fatigue -

À quoi reconnaît-on les gens fatigués.
À ce qu'ils font des choses sans arrêt.
À ce qu'ils rendent impossible
l'entrée en eux d'un repos, d'un silence, d'un amour.

Les gens fatigués font des affaires,
bâtissent des maisons, suivent une carrière.
C'est pour fuir la fatigue qu'ils font toutes ces choses,
et c'est en la fuyant qu'ils s'y soumettent.

Le temps manque à leur temps.
Ce qu'ils font de plus en plus,
il le font de moins en moins.
La vie manque à leur vie.

blogger