Texte : Où est Dieu ? - François Garagnon

J'arrive pas à comprendre pourquoi Dieu
qui était soit-disant partout,
on le voyait nulle part.

Or, un jour, je me suis réveillée toute ensoleillée de bonheur.
Ça m'arrive certains jours, je sais pas pourquoi,
j'ai tellement de ciel bleu à l'intérieur de moi
qui j'ai l'impression d'avoir mangé l'infini.

Ça te fait mousser le cœur,
ça te monte à la tête,
et tu te sens pétiller.
C'est comme si tu avais bu un peu trop de champagne.
Tu titubes d'allégresse.
C'est grisant, suave et exquis.

Citation : De la tolérance - Gandhi

La règle d’or de la conduite est la tolérance mutuelle,
car nous ne penserons jamais tous de la même façon ;
nous ne verrons qu’une partie de la vérité
et sous des angles différents.
_______________

Texte : Aimez vos ennemis - Martin Luther King

- "Chien et chat" - de Assuropoil -

Dans le Nouveau Testament,
on trouve le mot grec "Agapè" pour désigner l’amour.

C’est l’amour débordant qui ne demande rien en retour.
Les théologiens diraient qu’il s’agit de l’amour de Dieu à
l’œuvre dans le cœur humain.
Lorsqu’on s’élève jusqu’à aimer ainsi,
on aime tous les hommes,
non parce qu’on éprouve pour eux de la sympathie,
non parce qu’on apprécie leur façon d’être,
on les aime parce que Dieu les aime.

Tel était le sens de la parole de Jésus "Aimez vos ennemis".
Et pour ma part, je suis heureux qu’il n’ait pas dit :
"Ayez de la sympathie pour vos ennemis"
parce qu’il y a des personnes pour lesquelles j’ai du mal à avoir de la sympathie.

La sympathie est un sentiment d’affection,
et il m’est impossible d’avoir un sentiment d’affection
pour quelqu’un qui bombarde mon foyer.
Il m’est impossible d’avoir de la sympathie
pour quelqu’un qui m’exploite.
Il m’est impossible d’avoir de la sympathie
pour quelqu’un qui m’écrase sous l’injustice.
Non, aucune sympathie n’est possible envers quelqu’un qui,
jour et nuit menace de me tuer.

Mais Jésus me rappelle que l’amour
est plus grand que la sympathie,
que l’amour est une bonne volonté compréhensive,
créatrice, rédemptrice, envers tous les hommes.


Citation : Grandeur de l'homme - Antoine de Saint-Exupéry

Dans le pays où les hommes ont toujours raison
les fleurs ne fleurissent pas au printemps.
Il cnvient en permanence de tenir éveillé en l'homme
ce qui est grand et de le convertir à sa grandeur.
___________________________


Texte : Si t'as besoin... - Philippe Forcioli

Si t’as besoin d’un transistor au sommet d’une montagne
si t'as besoin de ton fusil pour balader en campagne
si t'as besoin d'une moustache d'une casquette et du tiercé
si t'as besoin d'une voiture à la couleur de tes cravates
tu devrais t'inquiéter homme mon frère tu devrais t'inquiéter

Si t'as besoin d'une femme-maison pour remplacer ta maman
si t'as besoin d'enfants qui te ressemblent pour ta consécration
si t'as besoin d'un chien méchant d'une barrière de dix verrous
si t'as besoin d'une assurance contre la vie contre la mort
et contre les piqûres de moustiques
tu devrais t'inquiéter homme mon frère tu devrais t'inquiéter

Si t'as besoin d'un cinéma pour t'inventer des histoires
si t'as besoin d'une mode pour t'inventer des goûts
si t'as besoin d'un boulot con mais où tu touches gros
si t'as besoin d'un club de vacances pour t'inventer l'aventure
tu devrais t'inquiéter homme mon frère tu devrais t'inquiéter

Si t'as besoin d'une police pour te croire dans la paix
si t'as besoin d'une église pour te croire près de dieu
si t'as besoin d'un parti fort pour te croire politique
si t'as besoin d'un chanteur à succès pour te croire poétique
tu devrais t'inquiéter homme mon frère tu devrais t'inquiéter

Texte : Faux semblant - Maurice Bellet

Sous prétexte de résistance à l'esprit du monde,
on peut très bien s'enclore dans une espèce de «bulle»,
ou de clan religieux
où l'on se tiendra à l'écart des préoccupations sociales,
de la rencontre entre la religion et la psychologie, la psychanalyse,
à l'abri de toute confrontation avec la critique...
considérant tout cela comme dépassé.

Or, en demeurant bien au chaud dans une prière,
une paix et une joie superficielles,
on ne fait que conforter le monde
dans ses aspects les plus redoutables.
Tel le règne féroce de l'économie et de l'argent
récapitulé dans cette maxime :
«Si Dieu est Dieu, les affaires sont les affaires...».

On se tient alors dans une dépendance absolue
vis-à-vis du système en place,
et c'est l'illusion la plus totale.

L'attitude inverse consiste selon moi
à risquer l’Évangile dans la confrontation la plus rude,
la plus dangereuse avec la réalité de ce monde.
En repérant d'abord où est le «lieu du combat».

Je pense ici à l'exclusion comme à l'un de ces fléaux modernes
contre lesquels il importe, en humain et en chrétien, de se situer.
Cette tendance à exclure l'autre
qui a pu conduire un financier à asséner :
«L'Afrique est un continent de trop» !

Qu'on ne s'y trompe pas, le lieu de l’Évangile,
c'est bien pourtant l'homme et l'humanité
dans ce qu'elle a de plus radical.
Celle qui se révèle en intervenant, par exemple,
dans les domaines de l'engagement social, de la politique,
de l'art, de la science, de la philosophie, de la psychanalyse...

Texte : Ne vis pas sur cette terre... - Nazim Hikmet

Ne vis pas sur cette terre
A la façon d’un locataire
Ou bien comme villégiature
Dans la nature.
Vis dans ce monde
Comme si c’était la maison de ton père.
Crois aux grains,
A la terre, à la mer,
Mais avant tout, crois à l’homme.

Aime le nuage, la machine et le livre,
Mais avant tout, aime l’homme.
Sens la tristesse
De la branche qui se dessèche
De la planète qui s'éteint
De l'animal infirme.
Mais avant tout
La tristesse de l'homme

Que tous les biens terrestres
Te prodiguent la joie.
Que les quatre saisons
Te prodiguent la joie.
Mais avant tout, que l’homme
Te prodigue la joie !

Citation : L'endettement - Michel Piquemal


- "Endettée" du site "OnParticipe.com" -

L'endettement est bon.
Car l'endettement des hommes
est le meilleur gage de servilité.
Qui oserait manifester,
user du droit de grève
quand il doit tous les mois
honorer une honteuse et éternelle dette.
__________________________

blogger