Cri de pauvre : L'homme qui te ressemble - René Philombe



- "Réfugié climatique et réfugié de guerre" de Formiche -

Ouvre-moi mon frère !
J'ai frappé à ton cœur
Pour avoir un bon lit
Pour avoir un bon feu
Pourquoi me repousser ?
Ouvre-moi mon frère !

Pourquoi me demander
Si je suis d'Afrique
Si je suis d'Amérique
Si je suis d'Asie
Si je suis d'Europe ?
Ouvre-moi mon frère !

Pourquoi me demander
La longueur de mon nez
L'épaisseur de ma bouche
La couleur de ma peau
Et le nom de mes dieux ?
Ouvre-moi mon frère !

Je ne suis pas un Noir
Je ne suis pas un Rouge
Je ne suis pas un Jaune
Je ne suis pas un Blanc
Je ne suis qu'un homme
Ouvre-moi mon frère !

Ouvre-moi ta porte
Ouvre-moi ton cœur
Car je suis un homme
L'homme de tous les temps
L'homme de tous les cieux
L'homme qui te ressemble...


Citation : Il est temps - Sara Pinsonneault


Il est temps de lever les yeux vers le monde qui vient.
Il est temps de jeter la fleur qui se fane déjà.
Il est temps de bâtir la paix dans ce monde qui meurt.
Il est temps de laisser l'amour libérer son cœur. 


Texte : Vivre pour rajeunir - Jean Sullivan


On nous a mis dan la tête que le but de la vie,
c'est de bien réussir,
en occupant des fonctions prestigieuses
ou en gagnant beaucoup d'argent.
Quelle puérilité !

Le vrai but de la vie, c'est de rajeunir !
Car chaque homme naît vieux,
emmailloté dans des mots, des préjugés...
Devenir jeune,
c'est se libérer des entraves de la peur,
ne plus céder aux pesanteurs sociales,
devenir joyeux, même avec ses cicatrices.

La vie éternelle est faite pour être inaugurée ici, sur terre.
L’évangile est invitation à quitter les conventions,
c'est l'appel au réveil.
Le plus grand service que nous puissions rendre à la société,
c'est de devenir libres et joyeux.

Toute la nature nous rappelle
que nous ne sommes que de passage...
Ne prenons donc plus rien au tragique !
L'essentiel est de survivre,
c'est-à-dire faire exister ce qui est immortel en nous.




Texte : Sourire - Christian Bobin


- "Bébés tout sourire" de Notre Famille -

Je ne sais pas
de meilleure façon de penser
que le sourire.
Cela vous ouvre le visage
et la vérité qui est fragile
qui est fuyante plus que l'eau,
craintive plus que l'ombre,
le petit écureuil de la vérité s'approche
sans trop trembler
d'un visage sans clôture.


Citation : Partage - Henri Groues

Le contraire de la misère
ce n’est pas la richesse.
Le contraire de la misère,
c’est le partage.
____________________


Citation : Résistance - Etty Hillesum

J’ai en moi une immense confiance.
Non pas la certitude de voir
la vie extérieure tourner bien pour moi,
mais celle de continuer
à accepter la vie et à la trouver bonne,
même dans les pires moments.
______________________

Texte : Ma parole crée l'autre - Jean Debruynne

- "Confidences" d'Auguste Renoir -

Ma parole crée l'autre,
c'est mon pouvoir et ma blessure
Je peux faire l'autre
comme on fait des garnisons,
Des disciples ou des fidèles
bien alignés dans mes systèmes.

Je peux faire l'autre
comme on fait des exclus, des marginaux,
Des murs et des cloisons
contre qui j'appellerai
les flics et les prisons.

Ma parole peut aussi faire l'autre
comme un homme.
Mais dès lors que je l'ai reconnu,
Il se lève debout et marche libre.

Je crée l'autre
mais c'est lui qui me fait exister
Car la parole est toujours
une parole dépossédée.

Croirai-je jamais assez
que la parole de l'autrepuisse me construire ?
Dans la parole, nous sommes trois :
Toi qui me parles,
moi qui t'écoute,
et la parole qui est aussi quelqu'un.

Citation : Voir Dieu - Maïtre Eckhart

D’aucuns veulent voir Dieu avec leurs yeux,
comme ils voient une vache,
et L’aimer comme ils aiment leur vache,
pour le lait, le fromage et le profit qu’elle leur rapporte.
____________________

Texte : Avoir et Être - Georges Casalis

Il y a quelque chose de préférable à la vie, c'est son sens.

Très simplement on peut dire que sa qualité est préférable à sa durée.
Le choix décisif se situe, pour tout être humain, entre avoir et être.
La personne humaine est prisonnière du péché du vouloir avoir,
de la logique de l'avoir et de la puissance.

Car le péché, c'est de se faire et de se vouloir différent sans les autres,

dans une espèce d'isolement
que l'on considère comme nécessaire et heureux,
et de se vouloir aussi finalement toujours contre les autres.

La logique de l'avoir est à la base de toutes les discriminations
que nous connaissons dans le monde :
qu'il s'agisse du racisme, du sexisme, du nationalisme,
du "classicisme", peut-être !

Alors que la logique de 1'être, c'est d'accepter d'être comme les autres,
en rien différent, en rien supérieur ;
c'est la logique d'être avec les autres,
et c'est bien sûr aussi la logique de l'être pour les autres.

Mais attention à cet ordre : je dis " comme - avec - pour ".
Si on commence par le " pour " on est paternaliste,
ce qui est une autre forme de discrimination.


blogger